Paul Froment Pages occitanes Quercy.net
   Accueil  -  Langue  -  Auteurs  -  Musiques  -  Radios  -  Liens  -  Occitan          


AUTORS CARCINOLS  -  AUTEURS QUERCINOIS

 

froment1.jpg (5790 octets)Paul Froment
(1875-1898)

 

Paul Froment est né à Floressas, près de Puy-L'Evêque dans le Lot, le 17 janvier 1875.

On peut voir encore, au hameau de Lamuraque, à 1.500 mètres du bourg, l'humble maison, aujourd'hui transformée en grange, où il vit le jour.

 

Sa vie  |  Bibliographie |  Nadal  |  Flor d'estiu Pels paures

Novembre    |    Lo ressegaire    |   Floressàs mon país

Cap d'an    |    La poulitico   |   Sounet d'un pouèto

 

   Sa vie

Il était l'aîné d'une honnête famille de petits paysans, à peu près ruinés par le phylloxéra, qui prirent le parti héroïque, pour payer quelques dettes, de se mettre en condition.

Aller à la journée dans les fermes voisines, puis se louer à l'année, ce fut aussi le sort de Paul, dès que ses bras eurent la force de tenir un outil, c'est-à-dire presque au sortir de l'école primaire.

"Au bout de chaque sillon la stance s'envolait (fragnolo); à la fin du journal de labour, il tenait son poème. "

En 1895, Froment - il était alors valet de ferme au Laurier, près de Villeneuve - envoya aux jeux floraux de l'Escolo Moundino, à Toulouse, un manuscrit de Sasous e Mesados et obtint un deuxième prix de sonnet.

Vers la fin de l'année, A trabès regos paraissait à Villeneuve, chez Victor Delbergé, en une élégante plaquette de soixante-douze pages. L'auteur avait vingt ans. Ce petit livre fut une révélation.

Mistral, le premier, en deux longues colonnes de l'Aiôli (17 janvier 1896), souhaitait une affectueuse bienvenue au " poète Froment " et résumait ainsi son appréciation: " A trabès regos es la cansoun veritablamen viscudo d'un enfant de la terro que la Muso a flourejat ".

Le petit valet, continuait à produire et, I'année suivante, il adressait à la même Académie le manuscrit de Flous de Primo. Un œillet d'argent récompensa cet envoi.

L'œillet d'argent, applicable à tous les genres, avait une valeur de 100 francs, et le pauvre Froment, dons les gages à l'époque étaient de quelque 30 pistoles, s'autorisant au surplus de précédents illustres, troqua contre un beau billet la fleur immortelle.

Au début de novembre 1897, le poète était appelé au service militaire et, le 15 novembre, il partait pour le 12è régiment d'infanterie, à Lyon.

Haut de bullet_b.gif (912 octets) la page

Mistral le recommanda à un de ses bons amis lyonnais, Eugène Vial ; mais, en dépit de cette amitié précieuse, Froment, qui gardait la nostalgie de la terre natale et n'arrivait pas à se consoler d'un amour malheureux, connut à Lyon des jours de profonde tristesse: témoin ses dernières poésies, d'un accent étrange, inouï dans son œuvre antérieure, et qui ont une amère saveur de larmes et de désespoir.

Sept mois après son entrée au régiment, le 10 juin 1898, au retour d'une permission passée à Floressas, le petit soldat disparut. Le 15 juin, son corps était retiré du Rhône, aux Roches-de-Condrieu (Isère), à une quarantaine de kilomètres au-dessous de Lyon.

Des démarches entreprises par ses amis, au premier rang desquels Georges Leygues, député de Villeneuve, aboutirent au transport du corps à Floressas aux frais de l'Etat. Les restes de Paul Froment reposent dans le petit cimetière du village natal.

En 1903, ses admirateurs lui érigèrent, par souscription publique, à Penne-d'Agenais, un monument modeste qui fut inauguré le 23 juillet, sous la présidence de M. Chaumié, ministre de l'Instruction publique.

En 1998 à Floressas, à l'occasion du centenaire de sa mort, une stèle réalisée par Jean Luc Rouquié tailleur de pierre à Floressas était édifiée à la mémoire de l'enfant du pays. Le buste de Paul Froment est l'oeuvre de Louis Laur sculpteur villeneuvois. 

A l'initiative du Maire de Floressas, Yves Froment, la place du village porte désormais son nom.

Vous pouvez aussi consulter les pages qui lui sont consacrées sur le site de la commune de Floressas

Haut de bullet_b.gif (912 octets) la page

   Bibliographie

  • 1892. - Les premiers essais de Froment ont paru dans lou Calel, Journal patois de Villeneuve-sur-Lot,

  • 1895.-A trabès régos, rimos d'un pitiou paysan 72 pages. Imprimerie Victor Delbergé, Villeneuve-sur-Lot.

  • 1897.-Flous de Primo, rimos d'un pitchou paisan, pre-facío de Francis Maratuech, XVI-72 pages. Imprimerie Ernest Chabrié, Villeneuve-sur Lot

  • 1898.-Dernières poésies de Paul Froment, publiées par Francis Maratuech à la Revue de France, numéro spécial de septembre 1898, consacré aux Cadets de Gascogne.

  • 1899.-Voix d'outre-tombe, poésies inédites de P. Froment publiées par Francis Maratuech à la revue le Feu Follet décembre janvier 1899.

  • 1928.-Lous èls e la bouco, poème inédit (Oc, 1" juin 1928).

   En outre, on trouve des extraits de l'œuvre de Froment avec notices biographiques et littéraires, dans:

  • A. PRAVIEL et J.-R. DE BROUSSE. - Anthologie du Félibrige. Paris, Nouvelle librairie nationale, 1909.

  • Ad. VAN BEVER. - Les poètes du terroir du XV au XIX siécles, tome II. Paris, Delagrave, s. d. -

  • E. PORTAL Anthologia provenzale. Milano, Ulrico Hoepli, 1911

   Études à consulter

  • Frédéric MISTRAL. - Lou pouèto Froument (L'Aioli, Avignon, 17 janvier 1896).

  • Poésies et écrits en prose - J. Vertuel Libraire éditeur à St Céré 1971

  • Paul MARIÉTON. - L'évolution félibréenne (Revue félibréenne, année 1895, tome XI, p. 10).

  • Monique CARAIRE - Connaissance de Paul Froment Forra Borra ESCOLA OCCITANA D'ESTIU

Haut de bullet_b.gif (912 octets) la page

  NADAL

Tot lo monde al canton s'arruca
Près del fuèc,viu coma un radal
E dins cada foguièr s'aluca,
Flamba la soca de Nadal.

De castanhas, a la velhada,
Grílhan e mínjan, dinc'apuèi
Qu'aniràn, figura emborlhada,
A la messa de mièjanuèit.

Dins son cap baissat l'ancian folha,
Cèrca quauque vièlh sovenir ;
La mamet, filant sa conolha,
Ditz un conte a ne'n plus fenir

Parla d'un prince a fièra mina,
Polit, joine e qué sabi mai !
Los drollets prés de la menina,
D'escotar s'alàssan jamai ;

E la blonda filheta ainada
Que dejà n'a pàs fred als-uèlhs
Rèiva benlèu que n'es l'aimada
D'un bèl galant d'aquels temps vièlhs.

Haut de bullet_b.gif (912 octets) la page

A trabes regasFLOR D'ESTIU

L'aire risent, tendre, amistós,
La pèl canda, la talha fina
E color d'òr, un pièl sedós,
Mitat defèit, frisant l'esquina,

L'uèlh, coquin, temptaire, amorós,
Viu, coma un miralh ilumina;
Sus sa boca, niu de potons
L'enveja vai cridant famina.

Mai leugèra qu'un parpalhòl,
Canta en venint de la segada
Milhor que cap de rossinhòl.

Son corsatge fai badalhòl
E, dinca el sen mièi despolhada;
Lo vent folet baisa son còl.

Haut de bullet_b.gif (912 octets) la page

PELS PAURES !

A Jacques de Bonal

Riches, revelhatz-vos !... L'ivèrn negre qu'apròcha
Vos diu far sovenir dels malurós sans fuèc,
Sans un bocin de pan, sans un sòu dins la pòcha,
Sans abric per passar la nuèit.

Sèm per nos adujar dins aqueste bas monde;
Lo bon Diu nos a fèits per tant de nos aimar:
Donatz, riches, donatz ! Que vostre cur responde
Al que vos alonga la man.

Dels bens qu'avètz reçuts fasètz un bon usatge,
Si voletz viure urós e morir sans socis
Donatz als paures vièlhs que tot corbats per l'atge
Tristament siegon los camins.

Pels que a l'entorn de vos vívon la sofrença,
Tròp fièrs per demandar, rescondent lors dolors;

Sans o lor far sentir, sioguètz lor providença,
Sans dire res secorrètz-los.

Prenètz pietat d'aquels que n'an paire ni maire,
Coma d'ausels sans niu abandonats solets;
Que, pertot rebutats, digun n'aima, pecaire;
Pensatz als paures pichienets !

Donatz, n'auretz plan pro ! Quand seretz dins la tomba,
N'auretz besonh de res, ni res vos servirà;
Vostre òr se n'anirà coma l'aiga que tomba,
Lo bien fèit sol vos restarà.

Al mes n'aublidetz pas los de dins la misèra,
Zo meriten o non, donatz, donatz totjorn !

Diu vos en tendrà compte a vòstra ora darrèra;
La recompensa aurà son torn

Haut de bullet_b.gif (912 octets) la page

NOVEMBRE

La fuèlha dels albres rosseja
Tombarà dins gaire de temps.
Bufa dejà la bisa freja;
L'ivèrn adara nos atend.
photo Elie Larrive

Dins los bòscs despolhats e tristes,
Los casses van èstre flaurits
E los auselons que havem vistes,
Pendent los bèls temps son partits.

L'iròndela se n'es anada,
Quitent nòstre cèl sombre e gris,
Vèrs una pus doça contrada,
Luènh, plan luènh, dins un caud païs.

Los brolhards, la plèja, los gibres,
Arríban per nos enojar.
Grivas e mèrles pels genibres
Cèrcan quaques gruns a minjar.

Dins los prats capelats d'albièra,
buèus o vacas paisseran plus.
Caldra restar sus la litièra,
Per tots mets verds, de caulets crus.

Mosca, parpalhòl e ligosta
Disparesséran a bèl talh,
Quand pels rius lo gèl farà crosta,
Cambiarà l'aiga en fred cristal.

Lo solelh, plen de fenhantisa,
Se levarà plus de matin,
Cobèrt de quauqua bruma grisa,
Lo pus sovent per l'escantir.

E la nèu, de sa raubba blanca,
Sailarà las planas, los tucs,
Per aquèls que son a tot manca,
Piètre temps, pels paures pè-nuds.

Haut de bullet_b.gif (912 octets) la page

  Floressàs, mon país natal

Benlèu de mos lecturs que m'interèssi gaire, 
Digun n'a jamai vist l'endreit ont sèi nascut 
E d'ont sèi davalat aiciu, tal qu'un perdut, 
En quêtant mos amics e mon paire e ma maire.

O Floressàs aimat, per tant de poder plaire 
Al passant que te vei, sès pas pro bien metut ! 
Mes ses mon brèç, es pro, t'èi totjorn conescut, 
Ei galopat tos camps e viscut de ton aire.

Tanben, se quauque còp vèni te visitar, 
Corri mai qu'un lapin, mon cur bat a petar 
Quand vesi puntejar tas duas tors que s'enàrtan.

Aquò's pus fort que io, me ven la grema a l'uèlh 
En pensant al bèl temps, dins l'ostal paternèl... 
A ! malurós tres còps, malurós los que pàrtan !

(Lo Calelh. 1èr de janvièr de 1893)

Haut de bullet_b.gif (912 octets) la page

L'écriture de Paul FromentLO RESSEGAIRE

Es amont, pincat dins l'aire.
Sus son chavalet tot dreit,
Fague calor, fague fret,
I es totjorn, lo ressegaire.
 
De sa femna, de son paire,
De son dròlle pichienet,
Cal que ganhe lo panet.
A ! cal far mai que se jaire !
 
Agusa quand pica gaire
Sa ressèga, beu s'a set,
S'a talent, minja'n crostet.
 
Guèita se tot vai d'escaire
E pincat amont, tot dreit,
Ressèga sul chevalet.

Massels 1892
(Lo Calelh, 15 de març de 1892)

 

 

Haut de bullet_b.gif (912 octets) la page

Cap d'An
 
Es pla temps; cal se metre en peno,
Cal louja coumpliments, poutous,
Benguts anèi de touts cantous
Coumo lous gats à la coudeno.
Es cap d'an; per bouta l'estreno
Durbirioi pochos e pouchous
Se boulias defa lous courdous
Qu'escanon bostro bourso pleno...
Del noubèl barrancou sautat
Prègui Diu que bejès lou cap
Sans culi malausio ni fièbre,
E sans jamai bous dire " prou ",
Pari la ma, preste à recèbre
Tout... mès pas lous cops de bastou

Haut de bullet_b.gif (912 octets) la page

La Poulitico

La poulitico es uno bièlho
Qu'à las estoupos boto fèc
E lou prumiè que s'en coufèt
Ero un rouinat sans portofèlho.
 
Per menti n'a pas sa parèlho,
Dannario l'ome pus parfèt.
Amb la jalousio, soun prefèt,
Burlo un jour ço qu'aimèt la bèlho.
 
Toutjour fouisso que fouissaras !
Quand pialhon, se freto las mas,
Quand s'ensulton, ris à se torse...
 
E quand se baton, mai que mai,
Pertant que la causo se corse,
Danso, rebingo en cridant : ai !

 

Sounèt d'un pouèto abant de s'ana nega

A l'amic Marcel J...

Lèu tout s'escantis per jamai
Dins ma pauro amo desoulado;
La fisenço s'es emboulado,
De soulel n'a pas bist un rai !
 
Dejà la bido al mes de mai
Me semblo tristo, despoulhado...
Dins ma pauro amo desoulado
Tout bai s'escanti per jamai !
 
L'esperenço, lèn l'èi cassado
E mort coumo la flou dalhado
Al soulel, dins lous prats, en lai ...
 
Quand l'Amour me passo à pourtado
Fai qu'uno grimaço e s'en bai;
Tout es escantit per jamai.