Généalogies croisées des notaires des environs de Limogne en Quercy sous l’Ancien Régime par Tony Neulat.

Plan :

Introduction

I- Le notaire : un personnage clé du village

– Les différents types de notaires
– L’importance du notaire sous l’Ancien Régime

II- Comment devient-on notaire sous l’Ancien Régime

– La carrière d’un notaire
– Les critères à vérifier pour devenir notaire

III- Les lettres de provision d’office

– Présentation
– Un exemple de provision d’office
– Transcription intégrale

IV- Généalogies croisées des notaires des environs de Limogne sous l’Ancien Régime

– Région étudiée
– Arbre généalogique
– Notes généalogiques

Conclusion

[1] Endogamie : fait de se marier avec une personne du même groupe (social, géographique, professionnel, religieux)

Introduction 
Sous l’Ancien Régime, à une époque où une infime minorité de la population sait lire et écrire, on ne devient pas notaire par hasard. Il faut être issu d’un milieu aisé, avoir reçu une éducation largement supérieure à la moyenne, être de mœurs irréprochables, et enfin acheter la charge de notaire pour avoir le droit d’exercer dans un village. C’est donc sans surprise que les notaires forment une classe privilégiée et nouent des alliances très étroites avec leurs congénères. Et c’est tout naturellement qu’un notaire choisira son successeur au sein de sa famille.

I- Le notaire : un personnage clé du village

On distingue principalement 3 types de notaires sous l’Ancien Régime :

  • Le notaire apostolique : établi par l’Eglise, il consignait les actes ayant trait aux matières spirituelles et ecclésiastiques.
  • Le notaire seigneurial : commis par un seigneur, il exerce dans les limites de la justice de la seigneurie. Ainsi, seules les seigneuries ayant droit de haute justice peuvent disposer d’un notaire.
  • Le notaire royal : c’est le plus courant et celui dont il sera question par la suite. Il est nommé par le roi, via des lettres de provision d’office (cf III), pour exercer dans un village déterminé. Néanmoins, n’importe quel habitant d’un village plus ou moins voisin peut faire appel à lui et il officie donc en pratique dans un rayon assez large autour de son village. Il reçoit les divers actes de la vie quotidienne : baux à ferme, transactions, achats, quittances, obligations, procurations, testaments, contrats de mariage…

Le notaire est un personnage primordial du village :

  • De par son statut social : il est, avec le seigneur et le curé, le personnage le plus important du village. Les différents compoix[1] que j’ai analysés montrent que le notaire était, avec les bourgeois et marchands, le plus riche du village. Il possède une grande quantité de terres, bien supérieure aux laboureurs, alors qu’il ne vit pas uniquement de l’exploitation agricole ou de l’élevage.
  • De par son rôle : il est marieur, arbitre, banquier, agent immobilier… Il est omniprésent dans la vie de la communauté puisqu’il consigne tous les actes qui rythment le quotidien des foyers. Loin d’être un simple scribe, il est le référent vers lequel on se tourne pour régler les affaires courantes : transactions, compromis, litiges, reconnaissances de dettes, mariages… Il écoute, conseille et consigne. 

[1] Compoix : cadastre qui indique précisément les terres possédées par chaque habitant et l’impôt à payer en conséquence.

II- Comment devient-on notaire sous l’Ancien Régime 

La plupart du temps, le futur notaire commence sa « carrière » en tant qu’écolier et on a parfois la chance de le voir signer en tant que tel sur certains actes. Il poursuivra parfois ses études jusqu’à devenir bachelier ès droits, voire docteur ès droits. Il est souvent praticien au début, généralement au service de son père. Un praticien (abrégé « praen » sur les actes) était autrefois un clerc de notaire. Ensuite, à la mort de son père, il lui succède la plupart du temps, après avoir racheté l’office de notaire. Il peut également embrasser la carrière en succédant à un notaire des environs après avoir payé de la même façon les droits d’exercice.

Pour devenir notaire sous l’Ancien Régime, il était nécessaire de vérifier un certain nombre de critères :

  • Etre un homme
  • Etre un enfant légitime
  • Savoir, bien évidemment, lire et écrire en français et avoir fait de longues études
  • Etre de mœurs irréprochables
  • Etre de religion catholique, apostolique et romaine
  • Etre âgé de plus de 25 ans (on pouvait passer outre cette condition via l’obtention d’une dispense)

Pour chaque prétendant à l’office de notaire, une enquête de notoriété était menée pour vérifier que ces différentes conditions étaient remplies. Ainsi, dans les lettres de provision d’office, est-il toujours indiqué la mention suivante : « sur le bon et louable rapport qu’on nous a fait de la personne de notre bien aimé X de ses sens, suffisance, loyauté, prudhommie, capacité et expérience » ainsi que : « estant apparu des bonnes vie et moeurs, âge susd[it] de vingt cinq ans accomplis conversation et Religion Catholique, apostolique et Romaine »

Si la conclusion du rapport est positive, le prétendant deviendra notaire après avoir payé les droits d’exercice. C’est la lettre de provision d’office, délivrée par le roi, qui officialise l’acquisition de la charge de notaire.

Il faut bien noter que l’acquisition d’une telle charge est un investissement, car elle permet, comme l’indique la lettre de provision d’office, de jouir des « honneurs, pouvoirs, libertés, fonctions, autorités, privilèges, droits, exemptions, franchises, immunités, prérogatives, fruits, profits, revenus et émoluments » inhérents à la charge. 

III- Les lettres de provision d’office 

Présentation

Les lettres patentes de provision d’office se présentent sous la forme d’un document de 2 à 3 pages par lequel le roi pourvoit une charge (un office) à une personne donnée. Cette charge était un emploi public (et donc royal sous l’Ancien Régime) tel que : notaire, procureur, conseiller, avocat, greffier… Ainsi, les « officiers » de l’Ancien Régime sont les prédécesseurs des fonctionnaires actuels.

Les lettres originales étaient délivrées à Paris, siège de l’autorité royale, sur parchemin. Une copie sur papier était conservée par la Grande Chancellerie. Ce sont ces copies qui sont parvenues jusqu’à nous et qui sont conservées aux Archives Nationales à Paris, sous les cotes V/1/1 à V/1/539 pour la période 1641-1790 (lacunes considérables jusqu’en 1674).

A noter : il existe sur le site des Archives Nationales, une base de données qui inventorie les lettres de provision d’office des années 1720 à 1755. Il s’agit de la base « Prof » qui propose un moteur de recherche puissant selon différents critères : nom, lieu, date, qualité des personnes, nature des institutions. Il est ainsi possible de connaître la référence du dossier d’un notaire et de le consulter aisément aux Archives Nationales.

Les lettres de provision d’office sont particulièrement intéressantes car elles donnent les informations suivantes :

  • Date de début d’exercice
  • Prédécesseur et lien éventuel de parenté
  • Date de baptême

Un exemple de provision d’office

Voici présentée la lettre de provision d’office de DELRIEU Raymond Jean Baptiste, notaire à Saillac (46) à partir de 1739. La famille DELRIEU, dont il sera question au paragraphe suivant, forme une véritable dynastie de notaires qui a exercé à Saillac pendant plus de 130 ans. Cette lettre est conservée sous la cote V/1/321 aux Archives Nationales.

IV- Généalogies croisées des notaires des environs de Limogne sous l’Ancien Régime 

Région étudiée 

Je me suis attaché à reconstituer les liens de parenté entre les différents notaires des environs de Limogne en Quercy. Cette région se trouve au carrefour de 3 départements : le Lot, l’Aveyron et le Tarn et Garonne comme le montre la carte suivante.

Arbre généalogique 

Mes différentes recherches généalogiques m’ont ainsi permis de rattacher plus de 30 notaires royaux de l’Ancien Régime sur 200 ans. Les notaires sont encadrés dans l’arbre suivant et le numéro renvoie à la notice généalogique correspondante dans les pages suivantes. La période approximative à laquelle ils ont exercé est indiquée dans la marge sous forme d’échelle chronologique.

Cet arbre met en évidence l’endogamie omniprésente chez les notaires de l’époque : endogamie géographique, professionnelle, sociale et culturelle. Les familles de notaires forment de véritables dynasties, inextricablement imbriquées les unes avec les autres, dont les membres se succèdent dans l’office de notaire. Ce phénomène s’explique par au moins 3 facteurs :

  • L’endogamie, pratique courante sous l’Ancien Régime à tous les niveaux de l’échelle sociale (entre brassiers, laboureurs, artisans…) est encore plus marquée chez les notaires puisqu’ils sont beaucoup moins nombreux. C’est ainsi qu’un notaire épouse souvent une fille de notaire et devient fréquemment gendre et beau-frère de notaire.
  • Pour devenir notaire, il était bien évidemment nécessaire de savoir lire et écrire. Or, à une époque où une immense majorité de la population était illettrée, les candidats à de telles fonctions étaient limités. Ainsi, seuls les enfants issus de milieux relativement aisés avaient accès à un niveau suffisant d’éducation pour savoir lire et écrire. Un fils de notaire, qui débute souvent comme praticien de son père, a donc plus de chance de devenir notaire. La suprématie de cette caste était ainsi auto-entretenue par l’éducation et l’apprentissage familial.
  • Le principe même d’accession à l’office de notaire favorise sa transmission héréditaire ou au sein d’une même famille. En effet, pour devenir notaire, il faut disposer d’une charge, que l’on acquiert soit par achat soit par transmission, laquelle est souvent héréditaire. Dans le cas d’un achat, le notaire est conscient que sa charge, véritable source de revenus comme nous l’avons vu précédemment, est un privilège et il cherche bien évidemment à le transmettre à sa famille.

Ainsi, la transmission de l’office de notaire de père en fils, de beau-père à gendre ou encore d’oncle à neveu, favorise la création de véritables dynasties qui peuvent perdurer pendant des siècles, comme le montre l’arbre suivant.

Cliquez sur l’arbre afin de l’agrandir….

 

Notes généalogiques

(1) SAVIGNAC Antoine  (ou plutôt SAVINHAC Anthoine
d’après les actes de l’époque)
Notaire de Calcomier ~ 1640  + ap 1651
Beau-père de MERCADIER Antoine (11)

(2) MARTIN Antoine
Notaire de Beauregard  + 1620

Issu d’une famille de notables de Beauregard
Père de MARTIN Jean (3)  Grand-père de MERCADIER Antoine (11)
Arrière-grand-père de MERCADIER Antoine (12)
Trisaïeul de MERCADIER Antoine (13) et de DELRIEU Jean Baptiste Raymond (21)
Quadrisaïeul de DELRIEU Jean-François (22)
Quadrisaïeul de FRAYSSINES Jeanne, qui épouse DALAT Antoine (23), à l’origine de la lignée des notaires DALAT de Varaire et Beauregard. Sa descendance se divisera en plusieurs branches de notables, les MARTIN DE FONTANILLES, les MARTIN DE LABARONE, les de SAINT MARTIN seigneurs de Labastide-Marsa

(3) MARTIN Jean
Notaire de Beauregard, procureur dès 1631  + 1680

Fils de MARTIN Antoine (2)  Oncle de MERCADIER Antoine (11)

(4) DAZOLS Guion
Notaire de Beauregard + 1605

Beau-père d’OLIER Pierre (5)

(5) OLIER Pierre
Notaire de Beauregard  (av 1609-ap 1641)
Protestant
Gendre de DAZOLS Guion (4)
Père d’OLIER Jean (6)  Grand-père d’OLIER Pierre (7)
Trisaïeul de DELRIEU Jean Baptiste Raymond (21)
Quadrisaïeul de DELRIEU Jean-François (22)
Quadrisaïeul de FRAYSSINES Jeanne, qui épouse DALAT Antoine (23), à l’origine de la lignée des notaires DALAT de Varaire et Beauregard

 (6) OLIER Jean
Notaire de Beauregard  (~ 1647-1669)  ° ~ 1609 ; + 1669

Epoux de GANIABET Catherine, sûrement nièce de SAVIGNAC Antoine (1)
Fils et successeur d’OLIER Pierre (5) Petit-fils de DAZOLS Guion (4)
Père d’OLIER Pierre (7) Arrière-grand-père de DELRIEU Jean Baptiste Raymond (21)
Trisaïeul de DELRIEU Jean-François (22)
Trisaïeul de FRAYSSINES Jeanne, qui épouse DALAT Antoine (23), à l’origine de la lignée des notaires DALAT de Varaire et Beauregard

 (7) d’OLIER Pierre
Notaire de Beauregard  (1670-1710)
Bachelier es droits
° 1643 ; + 1710
Fils et successeur d’OLIER Jean (6)  Petit-fils d’OLIER Pierre (5)
Arrière-petit-fils de DAZOLS Guion (4) Beau-père de TRESSENS François (8)

(8) TRESSENS François
Notaire royal de Beauregard  (1712-1768)  ° ~ 1688 ; + 1768

Gendre et successeur d’OLIER Pierre (7)

(9) FRAYSSINES Jean
Notaire de Martiel  + 1672
A pour parent un notaire de Savignac  Grand-père de FRAYSSINES Guillaume (10)
Trisaïeul de FRAYSSINES Jeanne, qui épouse DALAT Antoine (23), à l’origine de la lignée des notaires DALAT de Varaire et Beauregard.

 (10) FRAYSSINES Guillaume
Notaire de Martiel (av 1701-1723)  ° 1663 ; + 1723

Petit-fils de FRAYSSINES Jean (9)

(11) MERCADIER Antoine
Notaire de St Jean de Laur  (av 1657-ap 1667)  ° 1618

Petit-fils de MARTIN Antoine (2)  Neveu de MARTIN Jean (3)
Gendre de SAVIGNAC Antoine (1)  Beau-frère d’OLIER Arnault, fils de Pierre (5)
Oncle de MERCADIER Antoine (12)  Grand-oncle de MERCADIER Antoine (13)

(12) MERCADIER Antoine
Notaire de Varaire  (av 1700-1745)  ° 1659 ; + 1745

Arrière-petit-fils de MARTIN Antoine (2)  Petit-neveu de MARTIN Jean (3)
Neveu de MERCADIER Antoine (11)  Père de MERCADIER Antoine (13)

(13) MERCADIER Antoine
Notaire de Varaire  (1745-1764) Devient notaire par lettre de provision d’office du 23/12/1745  ° 1694 ; + 1764

Arrière-arrière-petit-fils de MARTIN Antoine (2)
Arrière-petit-neveu de MARTIN Jean (3)  Petit-neveu de MERCADIER Antoine (11)
Fils et successeur de MERCADIER Antoine (12)  Il épouse FRAYSSINES Delphine, sa parente au 4ème degré car également issue de MARTIN Antoine (2).  Elle est l’arrière-petite-fille de FRAYSSINES Jean (9), la nièce de FRAYSSINES Guillaume (10) et de DELRIEU Pierre (19), et la cousine germaine de DELRIEU Jean Baptiste Raymond (21) et de DUFOUR Pierre Louis (14). Elle est enfin la tante par alliance de DALAT Antoine (23) et de ROMEC Jean Pierre (29).

 (14) DUFOUR Pierre Louis
Notaire de Cajarc (1743-ap 1766)  Devient notaire par lettre de provision d’office du 29/03/1743
Issu de la famille DUFOUR des notaires de Cajarc.  Fils et successeur de DUFOUR Jean.
Il épouse MARTIN de FONTANILLES Marie Thérèse Germaine Blanche, issue de MARTIN Antoine (2) et de OLIER Jean (6), nièce de DELRIEU Pierre (19), cousine germaine de DELRIEU Jean Baptiste Raymond (21) et de FRAYSSINES Delphine, épouse de MERCADIER Antoine (13).

(15) CAVALIE Pierre
Notaire de Promilhanes  (av 1663-1687)  + 1687

Beau-père de FLAUJAC Pierre (16)  Grand-père de FLAUJAC Pierre (17)
Arrière-grand-père de DELRIEU Jean Pierre (20)
Trisaïeul de DALAT Antoine (23), à l’origine de la lignée des notaires DALAT de Varaire et Beauregard.

(16) FLAUJAC Pierre
Notaire de Promilhanes  (av 1674-1711)  ° 1640 ; + 1711

Gendre de CAVALIE Pierre (15)  Père de FLAUJAC Pierre (17)
Beau-père de DELRIEU Pierre (19)  Grand-père de DELRIEU Jean Pierre (20)
Arrière-grand-père de DALAT Antoine (23), à l’origine de la lignée des notaires DALAT de Varaire et Beauregard.

(17) FLAUJAC Pierre
Notaire de Promilhanes  (1712-av 1756)
Petit-fils de CAVALIE Pierre (15)  Fils et successeur de FLAUJAC Pierre (16)
Beau-frère de DELRIEU Pierre (19) Oncle de DELRIEU Jean Pierre (20)
Il épouse PRADINES Marie, de la dynastie des notaires de Limogne.

(18) DELRIEU Antoine
Notaire de Saillac (1669- ~ 1683)  + ~ 1683

Gendre de ROMEC Jacques (26)  Beau-frère de ROMEC Jean (27)
Oncle de ROMEC Gaspard (28)  Grand-oncle de ROMEC Jean Pierre (29)
Père de DELRIEU Pierre (19)  Grand-père de DELRIEU Jean Pierre (20)
et de DELRIEU Jean Baptiste Raymond (21)
Arrière-grand-père de DELRIEU Jean François (22) et de DALAT Antoine (23), à l’origine de la lignée des notaires DALAT de Varaire et Beauregard.

 (19) DELRIEU Pierre
Notaire de Saillac (1688-1730)  ° ~ 1665 ; + 1730

Petit-fils de ROMEC Jacques (26)  Neveu de ROMEC Jean (27)
Cousin germain de ROMEC Gaspard (28)  Fils et successeur de DELRIEU Antoine (18).
Il épouse (1) en 1696 FLAUJAC Louise, fille de FLAUJAC Pierre (17),  sœur de FLAUJAC Pierre (18) et  petite-fille de CAVALIE Pierre (15).  D’où DELRIEU Jean Pierre (20) et Marie, mère de DALAT Antoine (23), à l’origine de la lignée des notaires DALAT de Varaire et Beauregard.  Il épouse (2) en 1711 sa parente au 4ème degré, MARTIN de FONTANILLES Marie Thérèse, arrière-arrière-petite-fille de DAZOLS Guion (4),  arrière-petite-fille de MARTIN Antoine (2) et d’OLIER Pierre (5), petite-fille d’OLIER Jean (6), nièce d’OLIER Pierre (7), cousine par alliance de TRESSENS François (8), tante par alliance de MERCADIER Antoine (13) et de DUFOUR Pierre Louis (14).  De ce couple est issu DELRIEU Jean Baptiste Raymond (21), père de DELRIEU Jean François (22).

En résumé, DELRIEU Pierre est petit-fils, petit-fils par alliance, fils, neveu, gendre, beau-frère, oncle par alliance, cousin germain, cousin germain par alliance, père, grand-père, arrière-grand-père, trisaïeul de notaires !

 (20) DELRIEU Jean Pierre
Notaire de Saillac (1730-1738)  Devient notaire par lettre de provision d’office du 07/12/1730
° 1703 ; + 1738

Arrière-petit-fils de ROMEC Jacques (26) et de CAVALIE Pierre (15)
Petit-fils de DELRIEU Antoine (18) et de FLAUJAC Pierre (16)
Petit-neveu de ROMEC Jean (27)  Neveu de FLAUJAC Pierre (17)
Fils et successeur de DELRIEU Pierre (19)  Demi-frère de DELRIEU Jean Baptiste Raymond (21)
Oncle de DELRIEU Jean-François (22) et de DALAT Antoine (23), à l’origine de la lignée des notaires DALAT de Varaire et Beauregard.

 (21) DELRIEU Jean Baptiste Raymond
Notaire de Saillac (1739-ap 1760)  Devient notaire par lettre de provision d’office du 28/09/1739  ° 1714

Arrière-arrière-arrière-petit-fils de DAZOLS Guion (4)
Arrière-arrière-petit-fils de MARTIN Antoine (2) et d’OLIER Pierre (5)
Arrière-petit-fils de ROMEC Jacques (26) et d’OLIER Jean (6)
Petit-fils de DELRIEU Antoine (18)  Petit-neveu de ROMEC Jean (27) et d’OLIER Pierre (7)
Fils de DELRIEU Pierre (19)  Demi-frère et successeur de DELRIEU Jean Pierre (20)
Père  de DELRIEU Jean-François (22)  Oncle de DALAT Antoine (23), à l’origine de la lignée des notaires DALAT de Varaire et Beauregard.  Cousin germain par alliance de MERCADIER Antoine (13) et de DUFOUR Pierre Louis (14)  Il épouse en 1741 BLANC Marguerite, sœur, fille et petite-fille d’avocats.

(22) DELRIEU Jean François
Notaire de Saillac (av 1779-ap 1802)  ° 1742 ; + 1824

Issu à la 6ème génération de DAZOLS Guion (4),  à la 5ème  de MARTIN Antoine (2) et d’OLIER Pierre (5), à la 4ème de ROMEC Jacques (26) et d’OLIER Jean (6).  Arrière-petit-fils de DELRIEU Antoine (18)
Petit-fils de DELRIEU Pierre (19).  Fils de DELRIEU Jean Baptiste Raymond (21)
Neveu de DELRIEU Jean Pierre (20).  Cousin germain de DALAT Antoine (23), à l’origine de la lignée des notaires DALAT de Varaire et Beauregard. C’est le dernier représentant d’une dynastie de 5 notaires de Saillac, qui s’est étendue sur 4 générations et plus de 130 ans.

 (23) DALAT Antoine
Notaire de Varaire (1765-1812 ?)  ° 1729

Arrière-arrière-petit-fils de CAVALIE Pierre (15) et de ROMEC Jacques (24)
Arrière-petit-fils de FLAUJAC Pierre (16) et de DELRIEU Antoine (18)
Petit-fils de DELRIEU Pierre (19)  Petit-neveu de FLAUJAC Pierre (17)
Neveu de DELRIEU Jean Pierre (20) et DELRIEU Jean Baptiste Raymond (21)
Cousin germain de DELRIEU Jean François (22)  Neveu par alliance et successeur de MERCADIER Antoine (13). Beau-frère de ROMEC Jean Pierre (27).
Il épouse en 1764 sa parente au 4ème degré, FRAYSSINES Jeanne, comme lui issue de ROMEC Jacques (24). Elle est la nièce par alliance de MERCADIER Antoine (13) et de DUFOUR Pierre Louis (14), la petite-nièce de FRAYSSINES Guillaume (10), et elle est issue de FRAYSSINES Jean (9), d’OLIER Jean (6), de MARTIN Antoine (2), d’OLIER Pierre (5), et enfin,  de DAZOLS Guion (4).
DALAT Antoine est à l’origine de la lignée des notaires DALAT de Varaire et Beauregard.

 (24) ROMEC Jacques
Notaire de St Jean de Laur ~ 1660
Père de ROMEC Jean (25)  Beau-père de DELRIEU Antoine (18)
Grand-père de ROMEC Gaspard (26) et DELRIEU Pierre (19)
Arrière-grand-père de ROMEC Jean Pierre (27), DELRIEU Jean Pierre (20) et DELRIEU Jean Baptiste Raymond (21). Trisaïeul de DELRIEU Jean François (22), de DALAT Antoine (23) et de son épouse FRAYSSINES Jeanne, et de FRAYSSINES Marie, épouse de ROMEC Jean Pierre (27).

(25) ROMEC Jean
Notaire de St Jean de Laur ~ 1690
Fils de ROMEC Jacques (24)  Beau-frère de DELRIEU Antoine (18)
Père de ROMEC Gaspard (26)  Grand-père de ROMEC Jean Pierre (27)
Oncle de DELRIEU Pierre (19)  Grand-oncle de DELRIEU Jean Pierre (20) et de DELRIEU Jean Baptiste Raymond (21).  Il épouse en 1670 MARRE Marie, fille de MARRE Antoine (29), petite-fille de MARRE Antoine (28) et de BALITRAND Galhard (32), arrière-petite-fille de DINTILHAC Jean (30), nièce de GALLY Bernard (33) et de LERIS Antoine (34), cousine par alliance de DUGES Mathieu (35)

(26) ROMEC Gaspard
Notaire de Limogne (1738-1746)  Devient notaire par lettre de provision d’office du 07/08/1738  ° 1692 ; + 1746

Petit-fils de ROMEC Jacques (24)  Fils de ROMEC Jean (25)
Neveu de DELRIEU Antoine (18)  Cousin germain de DELRIEU Pierre (19)
Père de ROMEC Jean Pierre (27)

(27) ROMEC Jean Pierre
Notaire de Limogne (1756-1796 ?)  Devient notaire le 14/04/1756 par acte de restitution de l’office passé par sa mère devant DELRIEU.
Arrière-petit-fils de ROMEC Jacques (24)  Petit-fils de ROMEC Jean (25)
Fils de ROMEC Gaspard (26)  Cousin issu de germains de DELRIEU Jean Pierre (20) et de DELRIEU Jean Baptiste Raymond (21)  Beau-frère de DALAT Antoine (23), à l’origine de la lignée des notaires DALAT de Varaire et Beauregard.  Il épouse en 1762 sa parente du 3ème au 4ème degré, FRAYSSINES Marie, issue comme lui de ROMEC Jacques (24). Elle est la nièce par alliance de MERCADIER Antoine (13) et de DUFOUR Pierre Louis (14), la petite-nièce de FRAYSSINES Guillaume (10), et est issue  de FRAYSSINES Jean (9), d’OLIER Jean (6), de MARTIN Antoine (2), d’OLIER Pierre (5), et enfin, de DAZOLS Guion (4).

(28) MARRE Antoine
Notaire
Père de MARRE Antoine (29)  Grand-père de MARRE Marie, épouse de ROMEC Jean (25)

(29) MARRE Antoine
Notaire de St Martin Labouval ca 1640
Fils de MARRE Antoine (28)  Gendre de BALITRAND Galhard (32)
Neveu par alliance de de MAYRES Gabriel (31)  Beau-frère de GALLY Bernard (33) et de LERIS Antoine (34)  Beau-père de ROMEC Jean (25)  Oncle par alliance de DUGES Mathieu (35)

(30) DINTILHAC Jean
Notaire de Villefranche, procureur
Beau-père de de MAYRES Gabriel (31) et de BALITRAND Galhard (32)

 (31) de MAYRES Gabriel
Notaire de Villefranche
Gendre de DINTILHAC Jean (30)  Beau-frère de de BALITRAND Galhard (32)
Oncle par alliance de MARRE Antoine (29), de GALLY Bernard (33) et de LERIS Antoine (34)

(32) BALITRAND Galhard
Notaire de Concots
Gendre de DINTILHAC Jean (30)  Beau-frère de de MAYRES Gabriel (31)
Beau-père de MARRE Antoine (29), de GALLY Bernard (33) et de LERIS Antoine (35)
Sûrement père de BALITRAND Ignace, notaire, qui épouse DELAVERNHE Marie, fille, petite-fille et sœur de notaires de Montbazens

 (33) GALLY Bernard
Notaire de La Salvetat Peyralès  + 1680

Gendre de BALITRAND Galhard (32)  Neveu par alliance de de MAYRES Gabriel (31)
Beau-frère de MARRE Antoine (29) et de LERIS Antoine (35) Oncle par alliance de ROMEC Jean (25) et de DUGES Mathieu (35)

(34) LERIS Antoine
Notaire de Bach (1645-1685)  ° ca 1617 ; + 1685

Gendre de BALITRAND Galhard (30)
Beau-frère de MARRE Antoine (29) et de GALLY Bernard (33)
Beau-père de DUGES Mathieu (32)  Oncle par alliance de ROMEC Jean (25)
A l’origine des LERIS notaires de Bach.

(35) DUGES Mathieu
Notaire de Fontanes  ° ca 1630 ; + 1707

Gendre de LERIS Antoine (31)  Neveu par alliance de MARRE Antoine (29) et de GALLY Bernard (33)
Cousin germain par alliance de ROMEC Jean (25)

N.B. : La famille PRADINES, véritable dynastie de notaires de Limogne sur près de 400 ans, n’est pas traitée ici car elle mériterait un article à part entière.

Conclusion
Le milieu social des notaires forme un véritable microcosme sous l’Ancien Régime. Les notaires des environs de Limogne en Quercy ne font pas exception à la règle et sont particulièrement caractéristiques du phénomène.

L’endogamie, omniprésente à cette époque, dans toutes les régions et dans tous les milieux sociaux, est ici cristallisée. Et elle est multiple : géographique, sociale, professionnelle et culturelle. Si bien que les notaires forment une caste particulière et privilégiée, au sommet de la pyramide sociale du village.

 

Pour toute information complémentaire, d’ordre généalogique ou autre, n’hésitez pas à me contacter à tonyneulat@yahoo.fr