TÉMOIGNAGE :

Née le 29 juillet 1927 à Issoudun (36), son enfance se déroule dans la Champagne berrichonne (région à moutons et terre à blé), où son père tannait du cuir à semelle. Elle a des origines à Lacave, plus précisément à Belcastel, où est né son grand-père maternel Bazile Annet Delmas. Orpheline en 1939 de sa mère institutrice et fille unique, au moment de la débâcle en 1940, son père la confie à ses cousins du Pont de l’Ouysse. A l’abri des évènements, et durant son séjour, elle les aide dans leur quotidien, puis revient régulièrement jusqu’en 1945. A cette date, elle obtient son baccalauréat et rencontre Gabriel Rougié (1927-1991) originaire du Bougayrou où elle réside actuellement. Elle a gardé un très bon souvenir de cette période et poursuivra  ses études :
– licence de droit à Paris par correspondance (1945-1948)
– diplômée de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris (1948-1950)
– préparation au concours externe de l’ENA (1950-1953). En parallèle elle suit des études en économie politique

Admise à l’ENA promotion Albert Thomas (*), elle y entre en janvier 1953 et en sort en juillet 1955. Elle a pour condisciple Gabriel Rougié qu’elle épouse en septembre 1953. De cette union naîtront 3 enfants ; 2 filles et un garçon. Durant la première année elle accomplit un stage de 6 mois chacun, d’abord au Maroc puis à Limoges (87). Le major de la promotion est Jean François-Poncet (1928-2012). Elle figure dans la botte (classement des meilleurs élèves), ce qui lui permet de choisir la Cour des comptes, un des corps les plus convoités, après le Conseil d’Etat.
En tant que magistrate elle donne des cours en faculté. Dans cette école elle croise Edouard Balladur ancien premier ministre issu de la promotion suivante (1955-1957) baptisée France-Afrique. Afin d’élever ses enfants avec une parenthèse de 5 ans, elle ne reste pas inactive et enseigne à temps partiel pour des élèves préparant un BTS.

Son époux terminera sa carrière en qualité de PDG de la Compagnie des Côteaux de Gascogne organisme public. Le nom de Gabriel Rougié est également associé au cabinet d’Edgar Pisani (1918-2016), ancien ministre de l’agriculture qui recherchait un “spécialiste de la betterave”.

En 198, la retraite sonnant, Jacqueline Rougié fonde une association pour venir en aide aux personnes abîmées par la vie. Aujourd’hui encore elle reçoit des témoignages de reconnaissance. 

A 95 ans et doyenne de sa commune elle a conservé sa simplicité et son sens de l’accueil, tout en se consacrant à la rédaction de ses mémoires avec l’aide de ses enfants

Merci à Jean-Claude Mazot pour le résumé de cette belle rencontre

*Né à Champigny-sur-Marne alors 75017, le 16 juin 1878, décédé à Paris le 08 mai 1932, reçu premier à l’agrégation d’histoire et géographie. A 36 ans il est nommé sous secrétaire d’état à l’artillerie et à l’équipement militaire, député de la Seine en 1914 puis du Tarn de 1919 à 1921, ensuite directeur du Bureau International du Travail (BIT) basé à Genève, Suisse.