Quercy.net

Le Portail internet du Quercy

Catégories Librairie : Architecture - Photos - Nature Page 2 of 3

LES VERSETS PLATANIQUES

Détourner l’objet de sa signification première, laisser courir l’imaginaire, se dégager de la simple perception visuelle.
Tels sont les buts que Michel Pagès cherche à atteindre à travers ses photos pleines d’érotisme, de tendresse et de subversion
Les platanes vus d ‘une façon humouristique, érotique et un brin subversive.
De belles photos , vous ne regarderez plus les platanes de la même façon.

Le site de Michel Pages : http://www.michel-pages.com

CAHORS, LA MAGNIFIQUE
PATRIMOINE, JARDINS SECRETS
ET PETITS BONHEURS

Ce livre de photographies, tiré seulement à 2000 exemplaires, donne une image de conte de fées de la beauté de la ville de Cahors. Les photos sont belles, colorées, choisies ave soins, réalisées très souvent dans des angles originaux. C’est une invitation à la promenade : patrimoine et jardins publics de la ville, où le bâti et le paysage entretiennent une complicité historique.
Une mise en page originale rehausse l’effet de l’album. La couverture est double et se conjugue en recto-verso comme certains livres d’enfants en bilingue ou bien, une histoire double que l’on retourne à la moitié de l’ouvrage.

GUIDE DES OISEAUX DE NOS JARDINS

Présentation:
Les jardins particuliers sont les seuls espaces de nature qui ne cessent de se développer dans les pays modernes. Du plus profond de la campagne au cœur même des grandes cités, ils accueillent, hébergent, nourrissent ou voient passer des oiseaux sauvages qui bénéficient de nouveaux territoires où, souvent, ils cohabitent avec les humains.
Ce guide, qui décrit avec précision 42 espèces et leur comportement, illustré de photographies d’une originalité peu commune, permet de découvrir et d’aider à reconnaître les principales espèces fréquentant les balcons, terrasses et jardins. Il apporte aussi des indications pour nourrir les oiseaux, favoriser leur présence et éloigner les plus ennuyeux.

Présentation de l ‘auteur:
Claude FEIGNÉ, ornithologue, chargé de l ‘écotourisme au Parc naturel régional des Landes de Gascogne, accompagne depuis vingt ans des balades ornithologiques. Il est membre du Conseil scientifique régional du patrimoine naturel d ‘Aquitaine. Il écrit régulièrement dans des revues sur la nature, le tourisme et le canoë.

VISITER LES JARDINS DU MANOIR D ‘EYRIGNAC

Présentation:
Nous sommes au coeur du Périgord Noir, là où la couleur des chênes est aussi sombre que la nuit. Les paysages sont magnifiques, changeants et mystérieux. Les collines sont tapissées de bois denses et drus dans lesquels il fait bon se perdre.
Eyrignac est là, tout proche. La route pénètre dans une chêneraie pour déboucher sur une esplanade où le regerd glisse vers l ‘horizon et découvre les collines environnantes inondées de lumière. Eyrignac nous attend, blotti dans un repli de terre, riche et ardent d ‘une existence comblée.Eyrignac est un lieu vivant, un lieu en mouvement, habité depuis fort longtemps par des personnalités passionnées qui y ont laissé chacune leur empreinte. C ‘est ce qui fait le charme d ‘Erygnac et le distingue des nombreux jardins existants.
Nombreux sont les jardins qui, bien que magnifiques, ne possèdent pas ce “petit quelquechose “, ce supplément d ‘âme qui existe à Eyrignac, parce que chaque jour, depuis toujours, un oeil attentif le regarde, un pas serein le parcourt.
La beauté de ses parterres, la parfaite harmonie de ses structures taillées et le charme fou du manoir ne laissent personne insensible.
La roseraie tout habillée de blanc, de vert et d ‘eau est le complément poétique du grand jardin.

Sommaire:
– Eyrignac : l ‘oeuvre de la passion – Sur la route d ‘Eyrignac – Histoire d ‘un lieu : histoire des hommes – Un jardin rêvé – Le jardin au quotidien – Un parcours pour l ‘esprit – Le charme des lieux, l ‘enchantement des sens – L ‘avenir d ‘Eyrignac

GUIDE DE LA FRANCE CÔTÉ NATURE

Guide national. Région par région, ce guide qui couvre l’ensemble du territoire national propose plus de 1000 adresses pour découvrir une France “verte”, non loin parfois des grands ensembles urbains. Bien sûr, il répertorie et décrit les parcs nationaux et régionaux, les plus beaux sites naturels mais il permet également de visiter jardins botaniques, sentiers dede découvertes, parc animaliers…: une mine d’idées de visites.

LES CROIX DE NOS CHEMINS ET DE NOS VILLAGES

Ces petits monuments qui sont le témoignage de la foi de nos ancêtres, devant lesquels on ne passait jamais sans se signer, profilent encore dans le paysage leur silhouette rassurante. Après avoir fait partie intégrante du cadre de la vie rurale, les croix sont aujourd ‘hui tombées dans l ‘oubli le plus complet. Elles sont si discrètes, si humbles, que plus personne ne s ‘arrête pour les regarder.

Autrefois, la présence d ‘une croix sur un chemin rassurait le voyageur. Pour lui, elle avait le pouvoir de conjurer le mauvais sort, principalement à un carrefour.

Malgré leur modestie, nos croix constituent d ‘intéressants vestiges d ‘un art populaire disparu que nous devons préserver car elles restent le reflet fidèle de notre histoire locale, qu ‘elle soit civile ou religieuse. C ‘est toute l ‘âme d ‘une communauté qui s ‘exprime à travers elles.

Beaucoup sont dans un état de délabrement avancé. Après avoir subi les outrages du temps et l ‘indifférence des hommes, elles sont aujourd ‘hui les victimes d ‘engins mécaniques puissants. Les transformations accélérées de la voirie et du paysage font peser de lourdes menaces sur les vestiges du passé, notamment sur les croix de chemin, c ‘est pourquoi il est urgent de les recenser, car l ‘homme de demain, pris dans la spirale de la vie moderne “risque de ne savoir plus regarder, ne plus savoir s ‘arrêter pour admirer, marchant dans le monde comme un aveugle “. P. Dalon note que l ‘inventaire, région par région, “apparaît comme un travail urgent et nécessaire. Urgent parce que beaucoup de ces petits monuments sont appelés à disparaître. Nécessaire parce qu ‘il s ‘inscrit dans le cadre plus vaste des traditions et des mentalités populaires, intéressant non seulement les historiens, les archéologues mais aussi les théologiens, les sociologues et les ethnographes. ”

Puisse notre modeste inventaire des croix du canton de Sousceyrac et de ses abords, qui compte quelques monuments pratiquement inconnus, entrer dans ce cadre et compléter le recensement effectué par P. Brillant et J.P Girault.

Le canton de Sousceyrac est une petite région située à l ‘extrême pointe nord est du département du Lot, qui jouxte les départements du Cantal et de la Corrèze. Au cinq communes qui le composent, Calviac, Comiac, Lacam-d ‘Ourcet, Lamativie et Souceyrac, nous avons adjoint quelques communes limitrophes du Cantal (Siran, Saint-Saury), de la Corrèze (Saint-Mathurin Léobazel) et du Lot (Latouille-Lentillac, Sénaillac,Teyssieu), parce que certaines de leurs croix forment avec les nôtres un ensemble indissociable, les unes expliquant les autres.

CABANES EN PIERRE SECHE DE FRANCE

Qu’elles aient été cabanes de berger, de vigneron, ou de défricheur… les questions que leurs admirateurs se posent au sujet de ces « anti-maisons, sans toiture, ni fenêtre ni enduit » sont loin de toutes avoir trouvé une réponse.
Heureusement, ces constructions si méticuleusement appareillées, le plus souvent cachées sous les ronces ou se fondant au sein du paysage rural, n’ont pas fait naître que de simples curieux. Elles ont aussi enfanté des passionnés.
C’est le cas de Christian Lassure, qui en a fait son objet de recherche et qui s’attache scientifiquement depuis près de trente ans, à l’échelle de la France, à mener des études comparatives dont il dévoile ici tous les secrets pour le lecteur. Ainsi, l’ouvrage fait la lumière sur la présence de cabanes en pierre sèche dans quarante-neuf départements français.
C’est aussi le cas de Dominique Repérant dont l’un des grands bonheurs est de les traquer – comprenez de les dénicher, d’en découvrir de nouvelles, méconnues de tous, et de les photographier artistiquement après les avoir libérées de leur manteau de ronces…
Une façon fort agréable de revisiter la grande entreprise de conquête agricole que connut la France aux xviiie et xixe siècles, magnifiquement servie par les qualités de prises de vue exceptionnelles de Dominique Repérant.

RÊVES DE PÊCHEURS

La pêche est un prétexte merveilleux pour découvrir les régions, les contrées les plus lointaines. Détente, plaisir, bonheur d’être au bord de l’eau dans des sites exceptionnels…
L’auteur nous fait partager, avec enthousiasme, sa rencontre avec la nature et des pêches passionnantes.

LES JOURS DU POTAGER

Au potager, de tout temps des mains de femmes et d ‘hommes ont fait lever les graines et fructifier les légumes. Si dès l ‘Antiquité apparaissent de luxueux potagers d ‘agréments, paradis pour des rois, la plupart de ces enclos modestes gardèrent longtemps une vocation purement vivrière. Et si les femmes les plantent volontiers de fleurs, si l ‘on s ‘y enchante des chaudes couleurs des courges ou de la tendre végétation des pois, aujourd ‘hui encore c ‘est le goût de leur santé qui fait planter les jardiniers. Pour célébrer ces lieux parfois follets, parfois austères, à l ‘image souvent de leur propriétaire, pour nous rappeler les vertus des légumes qui non contents d ‘enchanter nos sens gardent à nos corps leur vitalité, pour voyager de la Perse au Mexique et des rives du Nil aux encorbellements de Versailles, “Les Jours du Potager ” nous raconte les délicieux légumes et présente, à la manière des anciens almanachs, des informations pratiques, des recettes, des conseils de culture, des invitations au bien-être.

L ‘ANNÉE DES ANIMAUX SAUVAGES

Un ouvrage indispensable pour les grands et les petits qui, se passionnant pour la nature, désirent mieux connaître et comprendre ceux qui y habitent : les saisons marquent la vie des animaux. La lutte pour la survie est le principal ressort de leur activité. Pour ceux qui vont hiberner pendant l’hiver, toute la belle saison est mise à profit pour se recharger en graisse. Aux durs combats du rut succèdent ainsi le temps de l’accouplement puis celui des naissances. La chaîne alimentaire tourne comme une horloge. Manger, être mangé font partie du rythme des choses. L’Année des animaux sauvages nous fait découvrir la vie sauvage, mois après mois, en mettant l’accent sur les pics d’activité. Mieux connaître le comportement des animaux, c’est aussi mieux percevoir le fonctionnement d’un monde auquel l’homme est intimement lié et peut-être ainsi l’encourager à respecter le territoire des autres qui est aussi son cadre de vie.

PLANTES DES CAUSSES ET DES TRUFFIERES

Ce livre sur la flore des Causses et des truffières du Périgord vient d’être réédité par la Fédération départementale des trufficulteurs du Périgord. L’auteur Jean-Claude Martegoute est professeur de biologie au Lycée d’enseignement général et de technique agricole de Périgueux-Coulouniex et aussi trufficulteur. Il présente plus de 300 espèces illustrées de photographies ou de dessins aquarellés par Annie Courdeau. Le contenu est particulièrement agréable à aborder avec les explications sur l’habitat, les propriétés et utilisations ainsi que de nombreuses autres remarques qui font la saveur de l’ouvrage. Le botaniste avancé appréciera de connaître la fréquentation de certaines espèces dans l’environnement de la truffe comme de se fixer des repères sur la flore des milieux calcaires sur les causses du Périgord et du Quercy, à la fois voisins et semblables. Le trufficulteur découvrira avec intérêt les différents types écologiques des plantes fréquentant le brûlé. Il pourra ainsi nourrir sa réflexion sur les stratégies que les plantes emploient pour déjouer l’action de la truffe sur son environnement, une action qui lui paraîtra moins mystérieuse et qu’il pourrait accompagner techniquement au cours de la vie de la plantation en préservant une certaine qualité de milieu avant l’apparition des brûlés truffier. L’espèce la plus courante dans les truffières étant le pâturin rigide dans la moitié nord du Périgord, il semble bien que la constante soit le sédum élevé au stade de la production dans le Quercy. Cette nuance n’enlève rien à la richesse de cet ouvrage.

GUIDE DES REPTILES ET DES AMPHIBIENS DE MIDI-PYRÉNÉES

Couleuvre d’Esculape, Lézard ocellé, Triton palmé, Rainette méridionale… Ils sont une quarantaine en Midi-Pyrénées. Discrets, toujours plus ou moins dissimulés au regard, ils sont les victimes toutes désignées de l’ignorance et de son cortège d’idées reçues.
Découvrez-les à travers le premier « Guide des reptiles et des amphibiens de Midi-Pyrénées ».
Largement illustré, cet ouvrage vous propose d’identifier toutes les espèces présentes à l’état sauvage dans les huit départements de Midi-Pyrénées. Véritable outil pratique et pédagogique, il s’adresse aussi bien au simple curieux qu’au naturaliste confirmé. Ce guide se veut le plus exhaustif possible en tenant compte des dernières découvertes scientifiques.

LES OISEAUX DE MIDI-PYRÉNÉES

L ‘Association Nature Midi-Pyrénées vient d ‘éditer le premier ouvrage grand public sur les oiseaux de Midi-Pyrénées dans la Collections “les escapades naturalistes “. Ce guide de 120 pages, largement illustré de photos et croquis, permet au lecteur de découvrir près de 200 espèces d ‘oiseaix parmi les plus splendides, les plus emblématiques ou simplement les plus communes de la région. Rédigé par le groupe ornithologique de Nature Midi-Pyrénées, cet ouvrage est le fruit de passionnés qui agissent pour la connaissance et la protection des oiseaux de notre territoire en répondant à quelques unes des questions : Quand et où les observer ? Que faire pour les protéger ? Comment sauver un oiseau blessé ? etc…

ATLAS GÉOGRAPHIQUE DU LOT

Réalisé par le Groupe d ‘Etudes Géographiques : Etienne Baux, Nicole Bernadie-Vinel, Françoise Bessou, Marie-Thérèse Chartrou, Colette Imbert, Jean Vayron.

CAHORS, VILLE ET ARCHITECTURE CIVILE AU MOYEN-AGE

Conservatoire exceptionnel de la demeure médiévale, l’ancienne capitale du Quercy illustre remarquablement la prospérité et la renaissance urbaine des XIIe, XIIIe et XIVe siècles. Après un exposé des événements et des activités économiques, l’ouvrage s’attache à préciser la structure et l’évolution de la ville. Tandis que se développent les faubourgs, des places nouvelles sont créées au cœur de la vieille cité, l’action des consuls aboutissant à un ambitieux projet urbain dont les grandes lignes sont élaborées à la fin du XIIIe siècle…

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén