Catégories Librairie : Histoire - Documents Page 1 of 16

J’ai encore des choses à vous dire

 

ed. Sydney Laurent, 321 p., 20 €

 

 

 

L’histoire du Couvent de Rudelle

 

Bladou Michel, ed. Art et Patrimoine, 2019, 6 €

Cahors, Renée, John et les Indiens

A saga through France and back to India, 1914-1920

Anne-Marie O’Donovan, 2019, auto-édition, 88 pages, 25 €
En vente chez l’auteure
le bourg 46150 Labastide-du-Vert

 

 

Capella de Merlivalo ou l’église de Lacapelle-Marival

 

Jean-Luc Massy et Jean-François Fabriol, association Art et Patrimoine, 98 pages, 15 €

 

 

Solennité et Rêverie, les décors du collège-séminaire du Puy

 

Ville de Figeac, 2013, 50 p., 8 €

Ouvrage sous la direction de Benjamin Philip, directeur du service patrimoine.

 

 

Histoire du vieux Cahors (réédition)

“Publié initialement en 1909, ce livre est le fruit abondant et savoureux de quarante années de recherches, contrôlées par des investigations directes et poussées à travers les rues, les places, les logis particuliers et les monuments publics de la cité. Documents et trouvailles originales se confrontent, les premiers recevant des seconds la vie et le mouvement que les chartes possèdent rarement par elles-mêmes. Avec la deuxième édition (1927), M. Daymard n’a pas voulu composer une monographie en la coulant dans le moule ordinaire de ce genre d’écrit. Il a établi plutôt un répertoire ingénieusement ordonné de richesses historiques, documentaires et matérielles, de l’ancienne capitale du Quercy. Les faits ne s’y succèdent pas dans un ordre chronologique. Ils s’y présentent répartis sur tous les lieux, situés dans tous les édifice qui leur ont servi, jadis, de décor et qui demeurent les témoins des malheurs et des gloires de la Cité.

Ainsi, le passant, le touriste, ou le simple flâneur peut, sans effort, tirer profit d’une science qui n’entend pas satisfaire les seuls érudits. Visiblement, le livre de M. Daymard a été écrit pour tout le monde. A tout le monde, il sera, dans sa nouvelle version surtout, plaisant et profitable” (extrait de l’Avant-propos de la deuxième édition).

Auteur : Joseph Daymard Joseph, 242 p. , ed. des Régionalismes, août 2019
Format : 16 x 24 / ISBN ou EAN : 9782824009285

Cazals (Lot) au XIXe siècle

 

Auricoste Françoise,
impr. Boissor, 310 p.

Les cahiers du groupe archéologique de Monpazier

 

Cahier annuel 2019 n° XXVIII (tirage de 100 exemplaires)
Bien que réservés aux adhérents de l’association, certains numéros sont disponibles à la vente.

 

 

+ d’informations sur le site de l’association en cliquant CE LIEN

Cahiers de Fanjeaux à paraître en septembre : n° 54 L’Eglise et la violence (Xe – XIIIe)

Le Centre d’Etudes historiques publie chaque année les actes du colloque de l’année précédente, sous forme d’un volume de la collection des Cahiers de Fanjeaux.
Cette collection constitue à l’heure actuelle la meilleure documentation existant sur l’histoire méridionale au Moyen Age entre le XIème et le XVème siècles.

Derniers parus :
N° 53, Corps saints et reliques dans le Midi
N° 52, l’Eglise et la chair.
N° 51, Culture religieuse méridionale, les manuscrits et leur contexte artistique.
Hors série N° 2, Inquisition et société en Pays d’Oc
(XIIIe et XIVe s.).
N° 50, Innocent III et le midi.
N° 49, Historiens modernes et Moyen-Age religieux méridional

+ d’information en cliquant CE LIEN

Annales des XXVIIe Rencontres Archéologiques de Saint-Céré

La docte association des Amis du Pays de Saint-Céré nous adresse leur nouveau volume de leurs Annales (rencontres 2018), dont la  préface est signée Didier  Delhoume, conservateur régional de l’archéologie.  Le contenu des 136 pages, dont vous trouverez le sommaire joint à cet article, témoigne du dynamisme de l’association qui porte ce travail depuis 1992.
Cette publication est en vente au prix de 13 € (voir contact en fin d’article).

Nous en profitons pour annoncer les prochaines rencontres qui se dérouleront les 28 et 29 septembre prochain sur Saint-Céré et Cahors.

 

Contact et inscriptions : Association des Amis du Pays de Saint-Céré / 1 rue des Termes / 46400 Saint-Céré /
+ d’infos sur le site de l’association

 

Carennac pendant la Révolution

Cet ouvrage est le Premier volume de l’Histoire de Carennac de 1789 à 1914. Il offre une transcription et l’analyse d’un important fond d’archives municipales, examiné à la lumière des questionnements historiques les plus récents relatifs à cette période clé de notre histoire. Le fil conducteur est fourni par le registre des délibérations du conseil municipal, enrichi par les correspondances officielles, et complété par les données d’état-civil, les documents fiscaux et cadastraux. L’auteur, Charles Montin,  s’est attaché à comprendre l’évolution de l’état d’esprit de la population villageoise confrontée à des événements graves et à suivre les parcours des notabilités, ancêtres des actuels habitants. De nombreux documents transcrits (du département ou du district)  intéresseront des communes autres que Carennac. Les deux volumes suivants paraîtront en 2020 et 2021

Carennac pendant la Révolution, MONTIN Charles, 294 pages, broché, association des Amis de Carennac, edit.

En vente au prix de 20 €. chez l’auteur (+ 5 euros pour l’envoi postal le cas échéant), à l’adresse chmontin@gmail.com. Disponible aussi à la librairie Parenthèse à Saint-Céré.

Septfonds, 1939-1944. Dans l’archipel des camps français

Premier ouvrage historique consacré à ce camp installé en Quercy et à l’ensemble des populations qui y furent internées avant d’être, pour certaines, envoyées à Mauthausen et à Auschwitz

Geneviève Dreyfus-Armand
Le Revenant éditeur, 25 €
ISBN 979 10 95049 05 0

 

Quand Quercy rime avec Italie aux siècles de la Renaissance

Du  XIVe au XVIe siècle, le génie exemplaire de l’Italie a fasciné le Quercy : aujourd’hui l’amateur de culture ouverte, autochtone ou touriste, découvre avec bonheur les citations artistiques des modèles toscans ou lombards sur maints édifices du Lot, et feuillette une Histoire tissée d’enrichissements mutuels.

Pourquoi ne pas recenser les influences, expliquer le contexte des échanges de tous ordres entre les deux pays : économiques, militaires, religieux, artistiques, et retrouver les sources ?
L’étude succincte que j’ai menée court de Galiot de Génouillac, le fameux chef d’armée de François 1er pendant les guerres d’Italie et constructeur du château d’Assier, à Clément Marot, notre prince des poètes né en Quercy, inspiré de Pétrarque, des évêques italiens aux savants de la très renommée Université de Cahors curieux de l’humanisme florentin. Ainsi s’est développé, malgré les crises et les conflits, un esprit de modernité déjà européen.

Si vous êtes curieux de cette histoire vue au prisme des relations privilégiées entre le Quercy et l’Italie, vous pourrez vous faire une idée de la vitalité, de la dynamique aventurière, de l’ouverture à  l’autre, à la création : quand le goût de la beauté et de la fantaisie s’accordait à une certaine forme de sagesse que portèrent ces hommes et ces femmes de la Renaissance.

Geneviève Besse-Houdent, 102 pages, 9,90 €, The Book Edition

Une évasion au Moyen Âge

 

Auteur : Arbelet Frédéric
éditions La Louve, 105 pages, 15 €

 

 

 

Penser l’évènement 1940-1945

Dans un passage, Pierre Laborie (1) raconte, puisés dans ses souvenirs d’enfant, la suite de la tragédie de Lavayssière de juin 1944. 21 jeunes hommes avaient été fusillés par les Allemands, en représailles après la destruction d’un poste d’aiguillage. En octobre, la population a rendu à Figeac un hommage solennel à ces héros enterrés puis exhumés à Bagnac.

“L’événement que l’historien Pierre Laborie (1936-2017) nous aide à penser est celui, majeur, de Vichy, de l’Occupation et de la Résistance, tel que les Français l’ont vécu au jour le jour, sans savoir ce que seraient les lendemains. Pour ce faire, il convient de se débarrasser au préalable d’innombrables idées fausses induites par les usages politiques et mémoriels de cette période et qui, à force d’être répétées, ont pris valeur d’évidences.
Les mots de Pierre Laborie, forgés pour étudier l’opinion publique et les comportements des années 1930 et 1940, appartiennent désormais au langage commun des historiens : ambivalence, mental-émotionnel collectif, penser-double, non-consentement. Ils aident à retrouver les clés, les gestes, les paroles, les masques, les silences, les non-dits, l’implicite des expériences du temps perdu et dispersé des années «troubles».
«Il y a des mots qui font vivre», écrivait Paul Éluard. Tel est bien le cas de ceux de Pierre Laborie, convaincu que «l’Histoire s’efforce, au-delà de la fragilité des émotions, de tisser quelques-uns des fils qui transmettent l’expérience pour que l’héritage serve à un dialogue de raison, qui font des fidélités maintenues une volonté de dépassement du néant».

(1) Pierre Laborie, né le 4 janvier 1936 à Bagnac-sur-Célé et mort à Cahors le 16 mai 2017, est un historien français. Professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université Toulouse II-Le Mirail, à Toulouse et directeur d’études à l’EHESS, Pierre Laborie est spécialiste de l’opinion publique sous le régime de Vichy. Wikipédia

 

Édition de Jean-Marie Guillon et Cécile Vast
Première édition
Collection Folio histoire (n° 285), Gallimard
Parution : 16-05-2019

Page 1 of 16

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén