Un aspect méconnu du patrimoine : les signes lapidaires

Dominique Lestani, ou la passion des signes lapidaires

Ils ont été utilisés depuis des millénaires, et surtout du XIe au XIIIe siècle en Europe. Ceux qui connaissent leur existence les appellent presque toujours :  « marques de tâcherons ».
La glyptographie, la science qui les étudie, intéresse encore très peu les spécialistes de l’archéologie du bâti, les scientifiques, les touristes.
Les signes lapidaires sont très méconnus, y compris dans le département du Lot. Dans le « Dictionnaire bibliographiques des signes lapidaires de France », ce département demeure une page vierge.
Or, après à peine deux ans d’investigations, Dominique Lestani a pu faire l’inventaire des signes sur 14 édifices du Quercy. C’est-à-dire de signes gravés, qui peuvent être mis en relation avec une ou plusieurs phases de la préparation, de la fourniture, de la taille ou de la mise en œuvre de la pierre (hors inscriptions anciennes ou modernes et graffitis que je laisse pour ma part au domaine de l’épigraphie). Ceci de Figeac à Russac (Castelnau-Montratier), de Cuzance à Gourdon, et y compris à Cahors.
Parmi ces signes, on trouve des signes lapidaires identitaires, valant signature d’un ouvrier, du type de celui-ci relevé à Cambayrac (chevet de l’église) :

Des signes lapidaires utilitaires, donnant une indication, délivrant un message, comme ce « 6 » à base de chiffres romains (trait et chevron inversé) photographié dans la tour Nord de Saint-Laurent-les-Tours.

Ce sont les plus nombreux.
Plus récents, les signes compagnonniques comme celui-ci repéré sur l’ancienne église Saint Martin de Souillac. Un outil de tailleur de pierre gravé en fort relief et occupant toute la superficie de la pierre.

Justement parce qu’ils sont trop méconnus, ils risquent de disparaître dans l’indifférence générale.
Si vous en repérez sur un édifice du Lot (église, château, pont, etc …) merci de le signaler à la Société des Etudes du Lot ou à l’auteur de cet appel, Dominique LESTANI, 635 chemin du Puy de L’Hort, 19360 COSNAC.

 

Mais vous pouvez aussi vous adresser à Quercy net, soit en répondu à cet article soit en cliquant CE LIEN. Nous ferons passer votre message avec plaisir.

Précédent

La maison du peintre Henri Martin : un futur espace culturel ?

Suivant

Protéger le patrimoine : une conférence d’Alexandre Gady

  1. Voila bien un sujet qui interpelle. Merci. 🙂

    • Gilles Chevriau

      Merci pour votre commentaire mais si vous avez des suggestions, des réponses à apporter, elles sont les bienvenues

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén