Catégorie : Patrimoine Page 1 of 11

Jean MOULIÉRAT, le Ténor de l’Opéra comique, “sauveur” du château de Castelnau-Bretenoux

Jean Mouliérat en costume de Don José, pour Carmen, de Georges Bizet. Collection J. Mouliérat, Château de Bretenoux.

Jean Mouliérat (1853-1932) est né à Vers, à quelques kilomètres de Cahors, le 13 novembre 1853. Il vient d’une famille plutôt aisée : son père, Etienne, est propriétaire de  plusieurs gabares et tient l’hôtel de la Truite Dorée, qui existe toujours.
Jean est l’aîné d’une famille de cinq enfants : Jean, Adélaïde, Catherine, Emilie et Albert. Il passe son enfance en Quercy, où il est berger.

A vingt ans, il s’engage au 18ème régiment de Chasseurs à pied du fort de Rosny. Il y sera remarqué par son général de corps d’armée, le général Gaucher. Le 14 juillet 1875, ce dernier l’entend chanter l’Alsace et la Lorraine.Recommandé à M. Grosset, professeur au Conservatoire national de musique et de déclamation de Paris, la carrière du futur ténor est lancée.

Il est engagé à l’Opéra-Comique de Paris, où il interprète les plus grands rôles : Andréa, dans Le secret, d’Auber, sur un livret de Scribe, Wilhem Meister, dans Mignon, d’Ambroise Thomas, Tybalt dans Roméo et Juliette de Gounod, Don José dans Carmen de Bizet, Tamino dans La flûte enchantée de Mozart, Alfredo dans La Traviata de Verdi. En 1893, il brillera dans le Werther de Massenet, qui lui dédicaça une photographie, conservée au château. Atteint d’une maladie des cordes vocales, Jean Mouliérat met un terme à sa carrière en 1898. Il consacrera les trente-quatre dernières années de sa vie à Castelnau.

Le ténor ne vivait à Castelnau que la moitié de l’année. En effet, à la fin de sa carrière, il continua à garder des liens avec le milieu de l’Opéra-Comique. Il vivait donc une grande partie de l’année à Paris où il était membre du Conseil supérieur du Conservatoire national de musique. Il y fera entrer la jeune Jeanne Myrtale, future chanteuse lyrique, qui restera sa muse jusqu’à sa mort prématurée en 1931.
Par son amour des arts et de l’histoire, Jean Mouliérat ne tardera pas entrer dans le cercle des grandes figures politiques et littéraires locales. Il se lie d’amitié avec Henri Ramet, premier président de la Cour d’Appel de Toulouse. Passionné d’art et d’histoire, ce dernier est particulièrement attaché à la ville de Martel, à laquelle il consacre son ouvrage Un coin du Quercy. Après la mort de Jean Mouliérat, c’est lui qui accueillera les sociétés savantes venues visiter le château. Il écrit également en préambule de Un joyau du Quercy : Castelnau-de-Bretenoux une oraison funèbre qui témoigne de l’affection mutuelle que se portaient les deux hommes.
Il invitera également les nombreuses personnalités qu’il côtoyait à Paris à venir lui rendre visite dans son Quercy natal. Les salles du château deviennent alors “salons”, le lieu de rencontres entre grands esprits : s’y retrouvent Colette, Auguste Rodin, Louise Massenet. Ces visites sont souvent relayées dans la presse locale : le 17 octobre 1903, Le Réveil du Lot retrace la visite de la reine de Madagascar, Ranavalo. Henri Lavedan, de l’Académie française, séduit par la région, achètera le château de Loubressac, qui fait face à Castelnau. Le peintre Henri Martin, qui passe à Castelnau en 1898 songera à acheter celui de Montal, mais le propriétaire en demande une somme trop importante. Dans l’entourage immédiat de Jean Mouliérat se trouve également Anatole de Monzie, député du Lot, ancien ministre de l’Education Nationale. Il demeure à Saint-Jean-Lespinasse, à quelques kilomètres du château.

Jean Mouliérat participe aussi à la vie locale du Quercy. Il est l’ami du maire de Prudhomat, M. Jammes, et sera nommé conseiller municipal “d’honneur” de cette commune. Comme Gustave de Pradelle, il est admis dans la S.E.L. lors de la séance du 9 août 1897. Dès 1897, la presse locale reprend avec fierté les apparitions publiques de ce nouvel arrivant : le 25 Juillet, L’Indépendant du Lot relatait, en même temps que le Figaro ou que La Paix, le triomphe du chanteur invité par le ministre des Beaux-Arts à chanter pour le 14 Juillet “la fille du régiment” et “la Marseillaise”. La presse locale met également l’accent sur la générosité du ténor. La Dépêche du 5 octobre 1897 évoque un concert donné par le ténor à Saint-Céré en faveur des pauvres de la ville. Pendant la Première guerre mondiale, d’après un article de La Dépêche du 8 août 1918, il donne des concerts “à Toulouse ou bien dans quelque hôtel inoccupé dont on ouvre pour lui le grand hall” afin de collecter des fonds pour les blessés. L’article poursuit :

“l’an dernier, à l’hôtel de la source, dans le village d’Alvignac, où les buveurs d’eau affluent en été, il cueillait ainsi en une après-midi pour ses convalescents la jolie somme de 1.200 francs, et voici que cette année, le 11 août, il va recommencer”
Georges Renard, “Artistes et blessés”.

Il fait partie des souscripteurs au Guide du Quercy, édité en 1907 par le syndicat d’initiative du Lot. Il en est un membre d’honneur avec Henri Lavedan. Les articles publiés lui témoignent beaucoup de respect et de reconnaissance pour son activité au château de Castelnau.

Jean Mouliérat meurt le 20 avril 1932 à Paris. Il sera inhumé au cimetière Montparnasse. Le Figaro du 22 avril 1932 lui rend hommage :

“Jean Mouliérat vient de mourir, il avait 79 ans. Son nom restera inséparable de notre Opéra-Comique où il fut pendant un quart de siècle le magnifique interprète du répertoire français […] Il laissera d’unanimes regrets et dans son pays natal, le plus beau château-musée médiéval qui existe en France, ce manoir de Castelnau-Bretenoux dont il avait fait une relique inestimable”.

Quelques jours avant sa mort, le 8 avril pour la première partie, le dernier propriétaire avait fait rédiger devant Me Courcier et Me Burthe, notaires à Paris, l’acte de donation en faveur du ministère des Beaux-Arts. Cet acte juridique fixe le sort du château pour les décennies qui vont suivre.
“Le château ne pourra, à aucune époque, être affecté différemment qu’à un musée. Jamais comme hôpital, sanatorium, maison d’éducation, d’instruction ou de correction, établissement militaire”. Mouliérat, informé des différentes tentatives qui avaient eu lieu au XIXème siècle de réutiliser certains châteaux ou certaines abbayes, donne ainsi à vie une dimension artistique et historique au château.

Extrait de l’article de Juliette LOBRY “Le château de Castelnau-Bretenoux au XIXème siècle… destin d’un monument historique” paru dans le Bulletin de la Société des Études du Lot, 4ème fasicule 2003, Tome CXXIV, Octobre-Décembre 2003, pages 251-280.

Des savoir-faire artisanaux pour la mise en valeur du patrimoine bâti figeacois

Jeudi 3 octobre à l’initiative de la CAPEB du Lot, se tenait dans la salle du service éducatif de l’espace patrimoine, une formation destinée aux artisans concernant les enduits de façade. Cette journée était animée par Luc Nèples, architecte de formation, chercheur sur les techniques des enduits à la chaux, et formateur spécialisé depuis 30 ans sur la mise en valeur du bâti ancien.
La remise en question des enduits grattés en mono-couche figurait notamment au programme de cette journée suivie par une douzaine d’artisans.

+ d’information sur les formations proposées par la CAPEB

1000 mains : la belle aventure se poursuit !

Les premiers résultats des différentes équipes de terrain sont, encore cette année, très encourageants. De belles découvertes (anciennes cabanes, citerne….), témoignages de la vie d'”autrefois” et qui ne demandent qu’à être sauvegardées pourront être utiles pour nos amis pèlerins ; de nouveaux chantiers en perspective !

Cette aventure qui se poursuit dans d’excellentes conditions avec une très forte mobilisations, y compris des élus, est reconnue par la Fédération Française des Associations des Chemins de Saint-Jacques de Compostelle. Yves et Emmanuel iront porter la bonne parole à leur assemblée générale les 12 et 13 octobre au Palais des Congrès de Cahors.

 

 

Médaille Léon Gambetta, projet de souscription

Vous trouverez, en pièce jointe, un formulaire à remplir par tous ceux qui souhaitent “marquer leur intérêt” pour la réalisation, par la Monnaie de Paris, d’une médaille devant commémorer le 150ème anniversaire de la proclamation de la 3ème République par notre compatriote cadurcien Léon Gambetta et le centenaire du transfert de son corps au Panthéon.

Le renvoi de ce formulaire n’engage en aucun cas celui qui le retourne.

En effet, s’il est reçu un nombre de réponses suffisant, un “Bon de souscription” sera postérieurement mis à votre disposition.
Le formulaire complété est à renvoyer à la “Société des Etudes du Lot” 38 rue de la Chantrerie 46000 Cahors.
formulaire médaille Gambetta

Musiques et danses traditionnelles du Quercy, au début du XXe siècle

Spectacle (première partie) conçu par Pierre Péguin (AMTPQ) , présenté par le groupe des “Grillons Quercinois” lors des commémorations des 900 ans de la cathédrale de Cahors le 29 août 2019 dans la cour de l’archidiaconé.
Vidéo & montage : Mireille Lancelin

Randonnée et patrimoine avec… inauguration le 26 octobre

A l’initiative de l’association “Découverte et Sauvegarde du Patrimoine” sise à Limogne, un panneau-rando présentant 7 circuits balisés offre à tous, la possibilité de découvrir ce que l’association a su, au fil des années, mettre en valeur. Chacun peut y choisir son parcours et la journée du samedi 26 octobre (affiche programme) a été choisie pour l’inauguration de cette signalétique patrimoine également téléchargeable sur le site de l’association en cliquant CE LIEN

A noter que cette association, créée en 1997, a été précurseur quant à la sauvegarde du patrimoine vernaculaire et la mise en valeur de ce qui le compose : les traditions, l’eau, la flore locale …

Presbytère pour tous : un appel pour sauver ce lieu

Sauver le presbytère de Saint-Hilaire Lalbenque, mis en vente par l’association diocésaine de Cahors (organisme gestionnaire de l’Eglise du Lot) tel est l’appel lancé par un collectif d’habitants de ce village. L’objectif étant de créer un tiers-lieu rural, un espace de rencontre entre l’habitation et le lieu de travail.

Une pétition en ligne est complétée par les démarches en cours auprès de l’association diocésaine qui souhaite céder ce lieu et la collectivité territoriale qui pourrait s’en rendre acquéreur.
Accès à la pétition en ligne en cliquant CE LIEN

+ d’informations sur la page facebook  ou Contact : 06 34 48 56 37

Sauvegarde de la maison “Marot” à Pratoucy

Le 11 juin dernier, Quercy net publiait la bonne nouvelle en provenance de la Mission portée par Stéphane Bern concernant la prise en compte de cette demeure qui devrait devenir un “observatoire du patrimoine en Haut-Ségala”.

Les Journées Européennes du Patrimoine ont permis à de nombreux visiteurs d’en découvrir son intérieur resté intact. La collecte est désormais ouverte et les fonds recueillis viendront s’ajouter à ceux résultant de la répartition des produits des jeux “Loto patrimoine”.

 

+ d’information sur ce lien
diaporama et accès direct pour les souscriptions

Qui se souvient de la traversée de Souillac ?

Rien ne manque dans cette reconstitution en plein centre de la ville “entrée du Lot” réputée pour ses bouchons lors des migrations d’Eté ! Soleil et gaz d’échappement avaient pour effet de laisser des souvenirs marquants qu’aujourd’hui les “purs” ont voulu recréer. Les belles des Années 70-80 sont de sortie et leurs passagers ravis de se plier à cette partie de plaisir. L’exercice semble plutôt réussi et Souillac l’ajoute à sa réputation ! Bravo aux Vieux pistons périgordins pour cette initiative.

Cahors, du Palais épiscopal à l’Hôtel de la Préfecture….

Histoire d’un lieu, mémoire de vies … depuis l’Ancien Régime jusqu’à nos jours !

Cet ouvrage, à paraître en janvier 2020, est le fruit du travail mené par l’association MémoireChapou créée en 2017 par des anciens de la préfecture.
Après sa première réalisation exposition “Louvre-sur-Lot” qui retrace l’exode des oeuvres du Musée du Louvre pendant la Seconde Guerre mondiale et notamment leur accueil dans le département, à Montal, Vayrac, Bétaille… de 1943 à 1945, elle poursuit son oeuvre en restituant le passé de ces bâtiments historiques.

Prix spécial de souscription 15 € au lieu de 20 (valable jusqu’au 30 novembre 2019). 60 pages couleur, illustrées de nombreuses photographies d’époque.
+ d’informations et souscription en cliquant CE LIEN 

Les chèvres chantantes… A la découverte des Cornemuses des Pays de France

L’association La Mue Grèbus organise,

le vendredi 13 septembre à Larnagol, une causerie musicale sur les Cornemuses des Pays de France.

La causerie sera animée par Xavier Vidal et Albert Guibal.
Prix libre et nécessaire.
Rdv à 20h30 à la mairie de Larnagol.

Au plaisir de vous y voir.
Ludovic de la Compagnie La Mue Grèbus

Historiens quercynois

Jean Lartigaut (1925-2004), historien et médiéviste

Cet article a déjà fait l’objet d’une publication dans l’ancienne version de Quercy net. Nous réintroduisons progressivement ce que nous avons précieusement conservé dans nos archives.

 

 

Les notices ci-dessous ont été rédigées pour la plupart d’après des articles publiés dans le Bulletin de la Société des Etudes du Lot. En particulier, les notices concernant les historiens anciens (jusqu’à Guillaume Lacoste) se fondent sur l’article “Nos historiens” publié par J. Fourgous dans le tome LXXXIII (2è fascicule), 1962 du B.S.E.L…

Guillaume Lacroix (1574-1614)
Né à Cahors, docteur in utroque jure (*)de l’université et par deux fois consul de cette même ville. Guillaume Lacroix s’est particulièrement intéressé à l’histoire des évêques de Cahors. Son livre Series et acta episcoporum Cadurcensium est paru à Cahors en 1621, chez Claude Rousseau. Ce livre a été écrit en latin, mais une traduction en a été faite en 1873, par Louis Ayma. Contemporain de Guyon de Malleville.

(*) in utroque jure : “dans les deux droits”, droit civil et droit canon.

Guyon de Maleville (Mort en 1614)
Seigneur de Cazals, il écrivit les Esbats du païs de Quercy, qui est une suite de dissertations et d’éphémérides, qui devait parcourir le temps depuis 3400 avant J. C. jusqu’en 1604. Le début a été perdu mais ce qui reste a été publié dans le Bulletin de la Société des Etudes du Lot.

Marc-Antoine Dominicy (vers 1605-1650)
Né dans une famille de bourgeois et de marchands de Cahors. Docteur en droit de l’université de Cahors, en 1621, il est avocat au Présidial puis procureur général de la cour des Aides jusqu’en 1644, date à laquelle il se rend à Paris où il obtient, en 1646, le titre de conseiller du roi et la charge d’historiographe de France (accompagnée d’une rente de 2000 livres). Doté d’une chaire de droit à l’université de Bourges, il n’enseigne que peu de temps car il meurt à Paris fin 1650 ou début 1651.
A Cahors, il travaille à écrire l’histoire du Quercy, consultant les bibliothèques de ses amis et fouillant les documents anciens. Il écrit alors De sudario Capitis Christi liber singularis, petit livre imprimé relatif à la Sainte Coiffe, et un Mémoire des anciens comtes de païs de Quercy et du comté de Caors, resté manuscrit, consacré à l’origine des comtes de Cahors.
L’Histoire du pays de Quercy, également manuscrite en plusieurs volumes, est l’oeuvre maîtresse de Dominicy. La première partie du livre est consacrée à l’histoire politique et civile tandis que la seconde traite de l’histoire des évêques de Cahors.
A Paris, le 21 mars1644, Dominicy obtient du roi un privilège pour l’impression de son Histoire du Quercy et d’un traité sur l’alleu qu’il avait également rédigé. Le traité est imprimé mais Dominicy décide – pour une raison inconnue – de ne pas publier son Histoire.

Raymond de Foulhiac (1622-1692)
Né en 1622 au château de Mordesson (près de Gramat), il meurt à Cahors en 1692.
Il vit d’abord à Paris, où il obtient le grade de docteur en Sorbonne (1661) et se lie avec Fénelon. Puis, installé à Cahors, il est vicaire général de trois évêques, Mgr de Sévin, Mgr de Noailles et Mgr Lejay.
Sont conservés sous forme de manuscrits, un texte en latin, Chronicon cadurcensium a Julio Caesare ad decimum septimum seculum, et un texte français de Chroniques allant de 1205 à 1560.
Jean de Vidal (XVIIè)
Docteur en droit, avocat au Parlement, il publie en 1664, à Cahors (chez P. Dalvy) un petit livre portant le titre suivant : Abrégé de l’histoire des évesques et comtes de Caors contenant l’histoire de leurs noms et faicts plus mémorables avec ce qui s’est passé de leur temps de plus remarquable dans le Diocèse Païs de Quercy depuis la publication de l’Evangile jusques en l’année 1664.
On y relève des faits curieux, comme l’apparition de deux soleils ensemble en 51, 1105 et 1540 ou une invasion de sauterelles en 1095, qui cache la vue du soleil pendant plusieurs jours…
Antoine de Cathala-Coture (1632-1724)
Né à Montauban en 1632, fils d’un avocat à la Cour des Aides, il sera lui aussi avocat. Maire de Montauban, il sera également sub-délégué de l’intendant.
On lui doit une Histoire politique, ecclésiastique et littéraire du Quercy (jusqu’en1724). Le livre, complété par l’abbé Teulière jusqu’en 1784, sera publié en 1785 chez Pierre Cazamea.

François Salvat (1729-1816)
Né à Cahors en 1729, il meurt dans cette même ville en 1816 après avoir été prébendier de la Cathédrale. Il laisse quelques notes sur divers sujets d’archéologie et trois volumes manuscrits d’une Chronique du Quercy (jusqu’en 1664).

Guillaume Lacoste (1765-1844)
L’abbé Guillaume Lacoste, est un homme d’enseignement né à Gramat en 1765 et mort à Sainte-Marguerite (commune de Laroque-des-Arcs) le premier juin 1844 à l’âge de 79 ans : il est successivement professeur, censeur et proviseur du lycée de Cahors, après avoir dirigé une institution privée. Il consacre ses loisirs à une Histoire générale du Quercy en cinq volumes. Les quatre premiers volumes ne seront publiés que longtemps après la mort de leur auteur, en 1883, par le libraire Girma, après avoir été revus par L. Combarieu et F. Cangardel. Cet ouvrage, qui fait autorité, a depuis été réédité à plusieurs reprises (voir la bibliographie).
Source sur date naissance et décès : ERASME Maurice, 1982, “A propos de la biographie de l’historien Guillaume Lacoste”, B.S.E.L., 1982, I, 99.
Raphaël Périé
Nous ignorons tout de cet auteur d’une Histoire et qui vécu au XIXè siècle.

Chanoine Edmond Albe (?-1926)
Voir sur ce site quelques une des monographies du chanoine Albe.

M. Saint-Marty
Instituteur, on lui doit une Histoire populaire du Quercy, publiée en 1920, rééditée depuis par Quercy Recherche

Chanoine Eugène Sol
Le Chanoine Eugène Sol est né près de Cahors, à Laroque-des-Arcs, le 20 septembre 1877. Après de sérieuses études secondaires à Montfaucon, il fut, avec autorisation de son évêque, élève du Séminaire St-Sulpice à Paris, et il fut ordonné prêtre à Cahors le 29 juin 1900.Mgr Eynard le nomma vicaire à Aynac, où il ne resta toutefois que peu de temps. Curieux de droit canon et de recherches historiques, il obtint d’aller à Rome pour y faire de grandes études. Ses grandes qualités de travailleur furent de suite remarquées et grâce à une charge de chapelain au collège St-Louis-des-Français, il put, en assurant un service d’église, se maintenir près de trois ans dans la Ville Éternelle. On le vit archiviste de l’Ecole Vaticane, et il fut un des étudiants les plus assidus de l’Apollinaire, suivant notamment, à ce réputé Séminaire romain, des cours de droit canon.

De cette vie romaine, un trait est resté révélé après l’élection de Pie XII, qui avait été dans sa jeunesse l’abbé Pacelli. (…) On a trouvé, dans les archives de notre collègue, une correspondance avec I’abbé, devenu nonce apostolique, puis cardinal et lorsque, de Secrétaire d’Etat, il fut élevé au Pontificat, le chanoine Sol tint à lui envoyer le livre qu’il venait de consacrer à Jean XXII sous le titre évocateur: “Un des plus grands papes de l’histoire”. (…) Le pape évoquera cette amitié, le 8 août 1953, dans une lettre de condoléances à Mgr Chevrier, après la mort d’un “compagnon d’études dont il appréciait en particulier les érudites recherches sur l’histoire d’une province”.

Le Chanoine Sol, après ses années de Rome, revint en France, en 1903, avec les titres de “Docteur in utroque jure et de Diplômé des Archives Vaticanes”. On le vit alors, travaillant à Paris dans les dépôts d’archives, et il fut pendant 10 mois, professeur de droit canon au Grand Séminaire de Meaux. On aurait pu à ce moment-là, entrevoir pour lui une éminente carrière dans l’Enseignement Supérieur s’il n’avait été déjà affligé de cette extrême extinction de voix qu’il devait garder toute sa vie.

En 1904, le Quercy le reprenait pour le ministère. Il fut alors nommé desservant de la petite paroisse de St-Etienne, près Souillac. En 1906, il était curé de Bégoux, et en 1912, l’évêché l’appelait à la paroisse Notre-Dame de Cahors. (…). Auprès du prêtre nommé, en 1929, Chanoine honoraire, puis en 1942, Chanoine titulaire, c’est surtout l’homme et le collègue que vous avez connu (…).

J’en arrive à celui qui fut nôtre, l’historien et l’érudit. Son œuvre est vaste ; hors les sujets qui nous intéressent spécialement, on y compte des travaux de droit canon, (…) il s’intéressera à l’oeuvre d’un savant canoniste, Giacomino Simoneta. Dans le domaine de l’histoire générale, son séjour à Paris lui vaudra un volume sur les rapports de la France et de l’Italie du XIIe siècle à la fin du 1er Empire, paru en 1905.

Pour notre Quercy, le Chanoine Sol est de la race des Dominici, des Fouilhac, des Lacoste et du regretté Chanoine Albe. Il a répandu, depuis plus de 40 ans, ses articles d’histoire locale, dans maintes revues de chez nous et d’ailleurs : les Annales du Midi, la Revue des questions historiques, la Revue d’histoire de l’Eglise de France, le Télégramme de Toulouse, le Bulletin des Anciens Elèves de St-Sulpice ; le Bulletin de Notre-Dame de Rocamadour lui fit souvent bon accueil et la Revue Religieuse de Cahors et de Rocamadour possède de lui près de cent articles. Notons aussi dans le même ordre d’idées ses communications aux Congrès annuels des Sociétés Savantes, publiées parfois dans les comptes rendus officiels.

Avec ces articles, I’œuvre du Chanoine Sol est répandue dans plus de vingt volumes, pour la plupart, malheureusement, de tirage assez limité, auxquels les éditeurs parisiens de travaux d’érudition, les Champion, Picard, Beauchesne ou Rivière, étaient heureux d’attacher leur nom.

Outre son beau livre sur Jean XXII, paru en 1947, et ses deux études sur le prélat charitable que fut Alain de Solminihac, éditées en 1928 et 1930, son œuvre peut se classer en quatre catégories : folklore, histoire de d’Eglise de Cahors, histoire de la Révolution, histoire économique et sociale.

Pour le folklore, nous avons de lui le “Vieux Quercy” qui eut quatre éditions de 1929 à 1947 et avait paru primitivement dans le Bulletin de la Société des Etudes du Lot. Notre collègue M. Joseph Daymard a souligné dans sa préface le grand mérite de cet ouvrage qui nous fait si curieusement pénétrer dans la vie et la pensée de nos ancêtres.

L’Eglise de Cahors forme un ensemble de cinq volumes, parus de 1938 à 1950. On sait combien les évêques de Cahors ont été liés jadis étroitement à l’histoire du Quercy. A ce titre, I’œuvre du Chanoine Sol, par une contribution à l’histoire générale, est venue s’inscrire heureusement dans la bibliographie lotoise près des ouvrages de Lacoste et de Saint-Marty.

Six autres livres du chanoine Sol sont consacrés, de 1930 à 1932, à la Révolution en Quercy. On peut imaginer combien de faits locaux sont réunis dans cet ouvrage que leur auteur avait complété par un recueil de 446 pages portant comme titre : ” Quercynois de la période révolutionnaire “. Je rattacherai à cet ordre d’idées le travail du Chanoine Sol sur un autre bouleversement du pays, la Révolution de 1848 dans le Lot, paru dans notre Bulletin.

L’étude de la vie sociale et économique du Quercy, aux siècles passés, nous a enfin donné, comme oeuvre maîtresse de notre collègue dans cet ordre d’idées, trois volumes traitant le sujet, des origines à la fin du XVIIe siècle, parus de 1941 à 1950. Nous y trouvons, à côté de notions sur la vie intellectuelle, sociale et religieuse de nos ancêtres, l’histoire de leurs misères et des calamités qui éprouvèrent maintes fois jadis notre petite patrie. (…)

Sa bibliographie complète tient quinze grandes pages dans une liste dressée par M. Calmon. Mais ce que je rappelle montre assez éloquemment l’importance de cette oeuvre qui fut celle d’un puissant chercheur (1).

Le Chanoine Sol, qui était devenu en 1926, après la mort du Chanoine Albe, archiviste diocésain, eut d’ailleurs la joie de voir son labeur amplement encouragé et récompensé. Il reçut pour ses éditions des subventions du Conseil général du Lot et de la Caisse des Recherches scientifiques. En 1931, il se voyait attribuer le prix d’études régionalistes de la Société des Gens de Lettres et il mérita le titre de lauréat de l’Institut par des récompenses de l’Académie des Sciences morales et politiques et, à deux reprises, de l’Académie française. Il avait été également nommé correspondant du Comité des travaux historiques du Ministère de l’Education nationale. C’est enfin au titre de ce même Ministère qu’il fût fait Chevalier de la Légion d’honneur, en juillet 1933.

Membre de la Société des Etudes depuis 1906, Président d’honneur depuis 1942 après avoir été Vice-Président, notre savant collègue était assidu à nos réunions, et rarement il n’arrivait pas sans quelque petit papier signalant un fait intéressant. A diverses reprises, ses communications, dans l’ordre économique, se trouvèrent amenées par quelque fait d’actualité : témoin, ses observations sur la loi du maximum décrétée par la Convention en 1792 et son application à Cahors.

La santé du Chanoine Sol devenant plus chancelante, en février 1953 il (…) partit alors pour la Maison de retraite de Bretenoux. Avant de quitter Cahors il remit pour les archives de la Société des Etudes les volumineux dossiers où se trouvent réunies les notes et rédactions de toute sa vie. (…)

C’est dans cette retraite de Bretenoux que s’est éteint, le 18 juillet 1953. (…)

Ce texte est tiré de l’éloge funèbre prononcé en réunion par le président Jean Fourgous le 8 octobre 1953 et publié dans le bulletin de la SEL du 4ème trimestre 1953.
Amédée Lemozi

Louis d’Alauzier (1893-1985)
Marie, Gaston, Anne, Louis de Ripert d’Alauzier (Bollène 1893, Cahors 1985). Entre à l’Ecole Polytechnique en 1913 puis poursuit une carrière d’ingénieur de l’armement jusqu’en 1941 où il est mis à la retraite à sa demande. Louis d’Alauzier s’installe alors à Cahors. Un bref retour à la vie militaire (1944-1946) le voit obtenir le grade d’ingénieur général. De retour à Cahors, il passe l’essentiel de sa vie à dépouiller les fonds d’archives. D’abord intéressé par la recherche généalogique, il maîtrise rapidement les méthodes de l’histoire médiévale.

Voir : Jean Lartigaut, Hommage à Louis d’Alauzier, Bulletin de la Société des Etudes du Lot, tome CVI, 2è fascicule 1985, avec une liste des travaux publiés de Louis d’Alauzier
Aux Archives départementales du Lot : Fonds d’Alauzier, 31 J

Jean Lartigaut 
BIBLIOGRAPHIE :
* Les campagnes du Quercy 1440-1500 ; Toulouse, 1978, 606 p. rééd. Quercy Recherche (B.P. 123, 46003), Cahors, index des noms de lieux et de famille
* Puy-l’Evêque au Moyen âge ; éd. Roc de Bourzac, 24150 Bayac, 1991, 207 p
* Jean Lartigaut (sous direction de) ; Histoire du Quercy ; Toulouse, éd. Privat, 1993, 300 p.
Sommaire : Paysages quercinois (J.P. Laguasquie); Préhistoire (M.Lorblanchet); Rome s’impose (M. Labrousse); Siècles obscurs 5°-10°s (J. Lartigaut); Nouvelles sociétés et nouveaux espaces 10°-12°s (J.Lartigaut); Croisade, guere de Cent ans 1212-1340 (J. Lartigaut); Guerres, pestes, famines 1340-1500 (J. Lartigaut); Temps modernes 1494-1789( J.P. Amalric); Révolution et Empire (J. Thomas); Siècle de l’acculturation 1414-1914 (J.Estèbe); Révolution silencieuse 20°s (P. Laborie).
* Notes sur quelques blasons quercynois [40 blasons décrits et dessinés] ; ARHFA (8, rue Brossolette 93160 Noisy le Grand), 1995
* L¹anoblissement en France 15°-18° s, théories et réalités ; Bordeaux,  M.S.H.A. n° 74, 1985

Françoise Auricoste 
Françoise Auricoste née Girard, est descendante d’un Lotois du causse de Valroufié, Elle a épousé un Marminiacois dont la famille est établie dans le canton de Cazals depuis la fin de la guerre de Cent ans. Après des études universitaires à la Sorbonne, elle devient professeur certifié d’histoire et géographie et exercera dans divers lycée de Paris et de la région parisienne de 1951 à 1986. Depuis lors, elle séjourne régulièrement en famille dans la maison Auricoste à Marminiac et fréquente assidûment les Archives départementales pour ses recherches d’histoire régionale qui lui donnent matière à ses publications d’ouvrages et d’articles.

BIBLIOGRAPHIE :–  Les Arques en Quercy, vallée du fer, vallée des arts ; S.I. Cazals 1990, 406 p.
– Premiers divorces dans le Lot 1792-1816; Moi-Géné n° 17 – avril 1996.
– Les maîtres de poste quercynois aux 17-18e s ; Quercy Recherche n°98 – oct. 1999
– Les maîtres de poste quercynois aux 17-18°s (suite) ; Quercy Recherche n°99-janv. 2000
– Les Arques en Quercy, vallée du fer, vallée des arts ; S.I. Cazals 1990, 406 p.
– Le pays de Cazals en Quercy ; S.I. Cazals 1988, 253 p. Rééd. Lacour, Nîmes 2005
–  La bastide de Villefranche du Périgord ; tome I: 1261 à 1500;  éd. Roc de Bourzac, 24150 Bayac, 1992,  236 p. index,
– La bastide de Villefranche-du-Périgord, tome II: 1500 à 1800; éd. du Roc de Bourzac (24150 Bayac), 1994, 200 p. index
– Histoire des femmes quercynoises 16°-19°s ; éditions Quercy-Recherche, Cahors 1996, 278 p. index
– L’auteur nous avait présenté des extraits de son travail sur les déclarations de grossesse au cours d’une réunion publique en 1994 (voir aussi son article : ).  Rééd. Lacour, Nîmes 2006
– En Quercy, la bourgeoisie des campagnes et des bourgs aux 17-18e s ; éd. du Roc de Bourzac, 2000, 256 p. index
– Histoire des artisans quercynois aux 17-18e s ; éd. Quercy Recherche, Cahors 2000, 463 p. index des noms de lieux et de famille
– Les meuniers en Quercy aux 17 et 18e siècles;; éd. du Roc, 24150 Bayac, 2002, 316 p. index
– Histoire des aubergistes et cabaretiers quercynois 1600-1900 ; Bayac 2003, éd. Roc de Bourzac, 224 p. 30 photos, répertoire alphabétique des aubergistes lotois
– Histoire de la seigneurie et du monastère des Junies ; Association des amis de la salle capitulaire (46150 Les Junies), Chauffailles (71170), 2002, 130 p.
–  Marchands et négociants quercinois aux 17-18e siècles ; éditions Lacour, Nîmes 2005, 334 p.
– Protestants oubliés du Haut- Quercy ; éditions Lacour, Nîmes 2007, 437 pages
– La maîtrise des Eaux et Forêts en Quercy au XVIIIème siècle, BSEL, Tome 115, Fascicule 2, 1994
– A propos d’Hippolyte de Montal., BSEL, Tome 118, Fascicule 2, 1997
– La seigneurie des Junies au XVIème siècle au temps des Morlhon et Jean du Pré, poète et guerrier, ami de Hugues Salel, BSEL, Tome 122, Fascicule 3, 2001.

Patrick Ferté
Il est maître de conférences d’histoire moderne à l’Université de Toulouse Le Mirail depuis 1994 et membre du laboratoire CNRS-FRAMESPA de Toulouse (UMR 5136). D’origine normande, domicilié à Cahors après son baccalauréat, il devient étudiant d’histoire et de philosophie à Toulouse et se passionne dès lors pour sa patrie d’adoption qui restera l’épicentre de ses recherches : son mémoire de maîtrise sur l’Université de Cahors (1972, 450 pages) est remarqué au point d’être édité dès 1974.
Se spécialisant dès lors – jusqu’au doctorat (1979) – sur l’histoire culturelle et plus précisément sur le monde universitaire sous l’Ancien Régime, il oriente en pionnier la recherche sur de nouvelles problématiques, l’histoire sociale des populations étudiantes, collabore avec l’EHESS et mène durant plusieurs décennies un lourd dépouillement de toutes les archives universitaires disponibles en France (dont celles de Cahors), constituant une base de données étudiantes géante devenue une référence pour les historiens comme pour les généalogistes (déjà 4 volumes parus ; à terme environ 50.000 étudiants).
En marge de nombreux travaux statistiques ou prosopographiques spécialisés et arides, publiés en France et à l’étranger, il se penche sur des aspects plus vivants et colorés du Quercy : la comédie satirique occitane, Scatabronda, fusée de Cahors sous Louis XIV en 1697 ; ou la vie quotidienne à Cahors de la Renaissance aux Lumière ; ou encore l’histoire de l’imprimerie à Cahors (16e-19e siècle).
Son grand chantier actuel est encore en grande partie quercynois : l’édition critique du Mémoire de l’intendant de Montauban pour l’instruction du duc de Bourgogne (1699) et son complément par A. Cathala-Coture (1713) (2 vol. prévus aux éd. du CTHS). Cette vaste description fouillée de la généralité au temps de Louis XIV, encore ignorée des historiens, enrichira sérieusement notre connaissance de l’ancien Quercy.

Pascal vous accueille à la Galerie 79

C’est au 79 de la rue Nationale à Cahors, face aux halles, entre le chapelier et “l’institution” Astruc, que Pascal Martinez, propriétaire des lieux, vous accueille dans son nouvel espace expo.
Photographies, peintures anciennes et contemporaines, litho, gravures, cartes postales et quelques sculptures vous seront proposés.

 

 

 

Du 14 septembre au 5 octobre, exposition des oeuvres de l’artiste suisse Guy Dessauges

Oeuvres 1950_1985

 

 

Mais notre hôte saura aussi évoquer avec ses visiteurs d’autres thèmes qui lui sont chers (musique, littérature…).
Ouvert tous les jours, sauf dimanche et lundi / 06 84 33 82 74

Lycée et collège Gambetta en assemblée le 8 septembre

dimanche 8 septembre prochain, aura lieu la journée qui, depuis 138 ans maintenant, rassemble les “Anciens” du lycée et collège Gambetta.
L’Assemblée générale se tiendra, sous la présidence de Jean-Michel Rivière, à 11h00, dans la magnifique Salle des Actes au collège – rue Wilson . La traditionnelle “Photographie de groupe” sera prise à l’issue puis un apéritif sera servi dans la cour Murat. Le déjeuner, préparé par “La Chartreuse” s’ensuivra.
Cette année la présidence d’honneur du déjeuner sera assurée par Jean-Philippe Rouquié, notre éminent condisciple, qui retracera son parcours professionnel et évoquera ses “années Lycée”.

LES RECONNAISSEZ VOUS ?

Un appel est lancé pour identifier les présents sur cette photo ainsi que la date. Quercy net se fera un plaisir de transmettre vos réponses .
CLIQUEZ SUR LA PHOTO POUR L’AGRANDIR

 

 

Les membres de l’association qui n’auraient pas reçu la convocation sont priés de tenir compte de ce communiqué pour se manifester.
Les inscriptions au déjeuner sont prises par courrier postal ou courriel : anciens.gambetta@ac-toulouse.fr 

La Joconde réfugiée au château de Montal

En 1940, pour échapper à la convoitise allemande, 3 200 tableaux ou objets du Louvre sont mis à l’abri à Montauban, puis, après l’invasion de la zone “libre” en novembre 1942, transférés dans le Lot.

L'exil de Mona Lisa vers les terres non occupées du Quercy …

L'exil de Mona Lisa vers les terres non occupées du Quercy …

Publiée par ville de Saint-Céré sur Lundi 11 juin 2018

© Source Ville de St Céré

Pas moins de soixante camions pour les acheminer vers leurs repaires : Montal, La Treyne, Bétaille, Vayrac, Lanzac,…, notre département abritant ainsi, comme on a pu le dire, “la plus forte densité de chefs-d’œuvre au km2”.

Parmi eux : La Joconde de Léonard de Vinci, L’indifférent de Watteau, l’Angélus de Millet, la maison du pendu de Cézanne, La Vierge au diadème bleu de Raphaël, L’élévation en croix de Rubens, La Sainte Famille de Rembrandt, etc…

En même temps que les tableaux et antiquités égyptiennes, des membres des personnels des Musées Nationaux sont aussi mis à l’abri. Le silence, la discrétion de la population complice de cette sauvegarde… tout simplement un acte de résistance qui honore les Lotois. Aucune alerte n’est à déplorer

Le Musée du Louvre caché dans le Lot

Page 1 of 11

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén