Auteur/autrice : christian.esteve Page 1 of 9

Adoption de la Loi Molac

Communiqué

L’Association AQUÍ L’ÒC, qui a pour but de promouvoir le développement de la langue et de la culture occitanes dans le nord du Lot, se félicite de l’adoption de la loi en faveur des langues régionales, le 8 avril 2021 à l’Assemblée Nationale.

La signalétique bilingue est désormais reconnue dans la loi. Le texte autorise de façon claire les services publics à recourir à des traductions en occitan, par exemple sur les bâtiments publics, les panneaux de signalisation, mais aussi dans la communication institutionnelle. AQUÍ L’ÒC se fera un plaisir d’aider les collectivités locales.

Les signes diacritiques en langue régionale dans les actes d’état civil seront désormais autorisées. Les parents auront droit de donner un prénom occitan à leur(s) enfant(s) en respectant l’orthographe normalisée et pourront s’appuyer sur le livret « Prénoms et diminutifs occitans » de Jean-Claude Alvy publié par l’Association.

Pour l’enseignement des langues régionales :

– La loi instaure le versement d’un forfait scolaire pour les Calandretas lorsque les élèves ne peuvent bénéficier d’un enseignement de l’occitan dans leur commune de résidence. Ainsi, les mairies qui ne disposent pas d’école bilingue, devront allouer un budget pour les enfants de ces écoles associatives.

– La loi instaure aussi l’enseignement immersif en occitan dans le public, sans caractère obligatoire et sans préjudice pour l’acquisition du français. Il s’agit d’une autre possibilité en parallèle de l’enseignement public bilingue déjà existant dans le Lot à Assier, Gramat et St Céré. Cet enseignement immersif se pratique déjà dans les Calandretas comme à Saint-Céré.

– Enfin, tous les élèves du Lot et de l’Occitanie, qui le souhaitent, pourront désormais apprendre l’occitan. Offerte à tous, cette langue devient donc une matière optionnelle et facultative, dans le cadre de l’horaire normal d’enseignement.

L’Association AQUÍ L’ÒC suivra avec attention la mise en application de cette loi.

Lettre mensuelle d’AQUÍ L’ÒC

Assemblée Générale

L’AG de l’Association n’a finalement pas été réalisée en visioconférence mais se tiendra “à huit clos” le 24 mars. Les adhérents pourront voter par correspondance (courrier postal ou mail).

Édition de deux ouvrages
– « Prénoms et diminutifs occitans » de Jean-Claude Alvy. Prix : 10 euros + 7 euros de frais de port.
– « Dralhas » de Serge Hirondelle (réédition de poésies – bilingue). Prix : 12 euros + 7 euros de frais de port.
– Voir les ouvrages déjà édités et les forfaits de frais de port sur le site de l’Association www.espacioccitancarcinol.com

Radio

Retrouvez Estève pour son émission Forra-borra (prononcé Fourro-bourro) avec actualité du moment, chronique, interview et musique occitane actuelle
– Mardi 9 mars à 11h, mercredi 17 mars à 15h, mardi 23 mars à 11h et mercredi 31 mars à 15h, sur Décibel FM 105.9/106.9
– Jeudi 11 mars, à 16h, sur Antenne d’Oc

Contact : Associacion AQUÍ L’ÒC (siège social)
204, rue du général Ambert 46 400 Saint-Céré
Tel : 06 73 62 64 63
Courriel : asso.aquiloc@gmail.com

Les constructions de Rocamadour

Le village de Rocamadour est largement commenté pour son haut lieu religieux.

Il en est moins sur sa construction qui a été probablement une prouesse humaine et technique pour une réalisation datant du moyen âge.
Les édifices se confondent voire s’incrustent dans la falaise ce qui offre un ensemble très minéral et imposant sur plus de 120 mètres de hauteur.

Baignée au gré de la lumière et des couleurs la cité offre une photo hors du commun.

Merci à Yves MARGUIN pour sa publication sur Quercy Net et sa vidéo.

La Roseraie se chauffe désormais au bois !

Revue de presse environnement

Medialot

Montfaucon : La Roseraie se chauffe désormais au bois

La légende de la brebis Caussenarde

Oh my Lot ! Raconte-nous une Histoire

Connaissez-vous celle de la brebis caussenarde, race 100% lotoise ?

Une légende dit que le reflet du soleil sur les roches calcaires des Causses du Quercy abîmait les yeux des brebis.

Un jour d’hiver, un berger entoura les yeux de ses bêtes avec du charbon pour les protéger.

 

Aqui l’Oc dernières infos

Reprise des cours pour adultes et de l’atelier de discussion à l’Espaci Occitan Carcinòl à Saint-Céré

Les cours pour débutants et confirmés ont lieu le mercredi en alternance à 15 heures et l’atelier de discussion reprend le premier samedi du mois à 14 heures 30 avec masques, gestes barrières et gel hydroalcoolique, en dessous de 6 personnes.

Dictée occitane : elle a eu lieu cette année virtuellement sur internet. Vous avez jusqu’au vendredi 5 février inclus pour la faire. Le corrigé sera visible le samedi 6 février.

Radios : Retrouvez Estève pour son émission Forra-borra (prononcé Fourro-bourro) avec actualité du moment, chronique, interviews et musique occitane actuelle

– Mercredi 3 février à 15h, mardi 9 février à 11h, mercredi 17 février à 15h, mardi 23 février à 11h, sur Décibel FM 105.9/106.9 ou en streaming http://www.creacast.com/play.php?sU=decibel_fm

– Jeudi 11 février, à 16h, sur Antenne d’Oc http://www.antenne-d-oc.fr/frequences.php

A la campagne

Nos visiteurs, nous envoient leurs vidéos …

Je suis de la région Lyonnaise et ai de la famille dans le Quercy.
Amateur d’images, je passe beaucoup de temps dans cette belle région du Quercy à capter des ambiances de la campagne.
Cette campagne fait partie aussi de notre patrimoine tellement elle est belle et authentique.
La vie y est paisible, avec des nuits au silence et au noir absolus, … presque hors du temps.
Il nous reste à la préserver !

Yves MARGUIN

Partitions musiques traditionnelles

Les musiques et chansons proviennent du patrimoine de tradition orale du Quercy.

Elles n’ont pas d’auteur connu.

Aval a la riviera
Bourrée de Belaye
Noël des Junies
La rivereta d’Espanhac
Saint Cernin
Quand mon paire

Plaidoyer de Jean Jaurès pour l’enseignement de l’occitan

Un article de Jean Jaurès

“Pourquoi ne pas profiter de ce que la plupart des enfants de nos écoles connaissent et parlent encore ce qu’on appelle d’un nom grossier “le patois” ? Ce ne serait pas négliger le français : ce serait le mieux apprendre au contraire que le comparer familièrement dans son vocabulaire, dans sa syntaxe, dans ses moyens d’expression, avec le languedocien et le provençal.

Ce serait pour le peuple de France et du Midi, le sujet de l’étude linguistique la plus vivante, la plus familière, la plus féconde pour l’esprit. Par là serait exercée cette faculté de comparaison et de discernement, cette habitude de saisir entre deux objets voisins les ressemblances et les différences qui est le fond même de l’intelligence. par là aussi, le peuple de notre France méridionale connaîtrait un sentiment plus direct, plus intime, plus profond de nos origines latines.

Même sans apprendre le latin, il serait conduit par la comparaison méthodique du français, du languedocien et du provençal, à entrevoir, à reconnaître le fonds commun de latinité d’où émanèrent le dialecte du Nord et le dialecte du Midi. Les siècles d’histoires s’éclaireraient en lui et, penché sur cet abîme, il entendrait le murmure lointain des sources profondes. Et tout ce qui donne de la profondeur à la vie est un grand bien (…)

Le parler de Rome a disparu mais il demeure jusque dans le patois de nos paysans, comme si leurs pauvres chaumières étaient bâties avec des pierres des palais romains. Du même coup, ce qu’on appelle le “patois” est relevé et magnifié. Il serait facile aux éducateurs, aux maîtres de nos écoles, de montrer comment aux XIIe et XIIIe siècles, le dialecte du Midi était un noble langage de courtoisie, de poésie et d’art, et comment il a perdu le gouvernement des esprits par la primauté politique de la France du nord.

Mais, que de merveilleuses ressources subsistent en lui ! Il est l’un des rameaux de cet arbre magnifique qui couvre de ses feuilles bruissantes, l’Europe du soleil, l’Italie, l’Espagne, le Portugal. Quiconque connaîtrait bien notre languedocien et serait averti par quelques exemples des particularités phonétiques qui le distinguent de l’italien, du portugais, de l’espagnol, serait en état d’apprendre très vite l’une de ces langues (…)

Dans les quelques jours que j’ai passé à Lisbonne, il m’a semblé plus d’une fois, à entendre dans les rues les vifs propos, les joyeux appels du peuple, à lire les enseignes des boutiques, que je me promenais dans Toulouse, mais une Toulouse qui serait restée une Capitale et qui n’aurait pas subi dans sa langue une déchirure histérique, et qui aurait gardé, sur le fronton de ses édifices, comme à la devanture de ses plus modestes boutiques, aux plus glorieuses comme aux plus humbles enseigne, ces mots d’autrefois populaires et royaux (…)

J’aimerai bien que les instituteurs, dans leurs congrès, mettent cette question à l’étude. C’est de Lisbonne que j’écris ces lignes, au moment de partir pour un lointain voyage où je retrouverai, de l’autre côté de l’Atlantique, le génie latin en plein épanouissement. C’est de la pointe de l’Europe latine que j’envoie à notre France du Midi cette pensée filiale, cet acte de foi en l’avenir, ce voeu de l’enrichissement de la France totale par une meilleure mise en oeuvre des richesses du Midi latin”

Jean Jaurès   La Dépêche de Toulouse Août 1911

Un conte occitan de ÒC Tele

Òc tele propose chaque semaine un conte en occitan à ses visiteurs !  https://www.octele.com/

Comme le chemin de Compostelle passe par le Quercy, nous vous proposons d’écouter un Conte du gascon  David GrosclaudeLo pelegrin de pèira  Le pélerin de pierre

N’oubliez pas d’activer les sous-titres si vous souhaitez la traduction en français

Qué vòl dire ?

Dans certains cas, l’occitan explique des noms de localités ou de familles. c’est ce que nous allons voir 

Cahors, Quercy, Carcin, carcinòlquercynois ou quercinois ?

Au temps où notre territoire était une colonie romaine, les habitants ont été appelés Cadurci par les colons. La ville était Divona en latin, puis Civitas Cadurcorum, puis Cadurcum au IX° ; au XIII° cela évolua vers Cauricio, Caours, Caurs. Ara avèm Cahors qu’escrivèm Caors en òc (pr.”co-our”). Maintenant nous avons Cahors.

Eugène Pujol

Los estatjants de Caors son los Caorcencs o los Caorsins (prononcé. “co-oursi”). Cela viendrait du bas-latin cadurcensis. Au Moyen Âge le mot caorsin est devenu synonyme d’usurier, ceux qui faisaient métier de prêter de l’argent, tant cette profession était célèbre à Cahors.

Les “Cadurques”, Cadurci, gagnèrent la finale -inus pour devenir cadurcinu(m) qui a donné en occitan actuel Carcin, prononcé “karsi” (le Quercy) et carcinòl, prononcé “karsinol” (quercinois, l’adjectif et l’habitant du lieu). Précisons en passant qu’en occitan les noms de lieux tels que pays, rivières, etc, ne sont pas précédés de l’article.

Eh oui ! On écrit quercinois, ou plutôt “on devrait écrire”. L’écriture de l’adjectif quercynois pourrait bien être une faute d’orthographe…

Un carcin est un pòrc vengut de Carcin e un carcinon qu’es un formatge.

2021 par Jérôme SOLEIL

Le nouveau bandeau de Quercynet pour 2021 est en place ! Après Christian VERDUN, l’an passé, cette année, c’est Jérôme SOLEIL, graphiste indépendant qui s’est prêté à l’exercice.  Merci Jérôme.

 

Je l’ai pensé comme un hommage au monde animal.
Le dessin initial est au stylo bille. Un traité croquis, au traits vifs & hachurés comme symbole d’une urgence de ce monde maltraité, en danger permanent. Mais également pour garder un côté énergique & vivant.
Le vert peut paraitre étonnant, et s’il met aussi un peu mal à l’aise c’est assumé.
On peut aussi voir des traits rouges, comme des vaisseaux sanguins, participants graphiquement à la structure du dessin.
Le jeu graphique avec la typo immense et lisible a été pensé dès le départ en superposition.

 

Visitez le site internet de Jérôme SOLEIL ici :   http://www.soleilgraphiste.com/

Photo du Jour

Un Milan Royal se pose entre Lot Cantal et Aveyron !

Cliquez pour agrandir

Merci à Jean Claude Boyer pour cette superbe photo.

Le Milan Royal

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Milan Royal

Le Milan royal est un rapace assez grand, plus grand que la Buse variable par exemple. Sa longueur se situe entre 60 et 70 cm, son envergure de 145 à 170 cm et son poids de 800 à 1 600 g.

Le royal adulte a la tête d’un gris-cendre très clair et finement striée de sombre. L’iris est d’un jaune très pâle, parfois presque blanc. Les parties supérieures apparaissent brunes, avec le manteau d’un brun moyen et les couvertures plus claires. La pointe de l’aile est brun-noir. La queue est nettement rousse dessus, légèrement plus sombre sur les bords.

La chevêche d’Athéna

Selon www.oiseau.net : la Chevêche d’Athéna est des rares rapaces nocturnes que l’on peut apercevoir dans la journée somnolent dans une cavité ou dans un arbre protégée qu’elle est par le mimétisme de son plumage qui se confond avec l’écorce environnante.

La Chevêche d’Athéna

Page 1 of 9

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén