Auteur/autrice : christian.esteve Page 2 of 9

Plaidoyer de Jean Jaurès pour l’enseignement de l’occitan

Un article de Jean Jaurès

“Pourquoi ne pas profiter de ce que la plupart des enfants de nos écoles connaissent et parlent encore ce qu’on appelle d’un nom grossier “le patois” ? Ce ne serait pas négliger le français : ce serait le mieux apprendre au contraire que le comparer familièrement dans son vocabulaire, dans sa syntaxe, dans ses moyens d’expression, avec le languedocien et le provençal.

Ce serait pour le peuple de France et du Midi, le sujet de l’étude linguistique la plus vivante, la plus familière, la plus féconde pour l’esprit. Par là serait exercée cette faculté de comparaison et de discernement, cette habitude de saisir entre deux objets voisins les ressemblances et les différences qui est le fond même de l’intelligence. par là aussi, le peuple de notre France méridionale connaîtrait un sentiment plus direct, plus intime, plus profond de nos origines latines.

Même sans apprendre le latin, il serait conduit par la comparaison méthodique du français, du languedocien et du provençal, à entrevoir, à reconnaître le fonds commun de latinité d’où émanèrent le dialecte du Nord et le dialecte du Midi. Les siècles d’histoires s’éclaireraient en lui et, penché sur cet abîme, il entendrait le murmure lointain des sources profondes. Et tout ce qui donne de la profondeur à la vie est un grand bien (…)

Le parler de Rome a disparu mais il demeure jusque dans le patois de nos paysans, comme si leurs pauvres chaumières étaient bâties avec des pierres des palais romains. Du même coup, ce qu’on appelle le “patois” est relevé et magnifié. Il serait facile aux éducateurs, aux maîtres de nos écoles, de montrer comment aux XIIe et XIIIe siècles, le dialecte du Midi était un noble langage de courtoisie, de poésie et d’art, et comment il a perdu le gouvernement des esprits par la primauté politique de la France du nord.

Mais, que de merveilleuses ressources subsistent en lui ! Il est l’un des rameaux de cet arbre magnifique qui couvre de ses feuilles bruissantes, l’Europe du soleil, l’Italie, l’Espagne, le Portugal. Quiconque connaîtrait bien notre languedocien et serait averti par quelques exemples des particularités phonétiques qui le distinguent de l’italien, du portugais, de l’espagnol, serait en état d’apprendre très vite l’une de ces langues (…)

Dans les quelques jours que j’ai passé à Lisbonne, il m’a semblé plus d’une fois, à entendre dans les rues les vifs propos, les joyeux appels du peuple, à lire les enseignes des boutiques, que je me promenais dans Toulouse, mais une Toulouse qui serait restée une Capitale et qui n’aurait pas subi dans sa langue une déchirure histérique, et qui aurait gardé, sur le fronton de ses édifices, comme à la devanture de ses plus modestes boutiques, aux plus glorieuses comme aux plus humbles enseigne, ces mots d’autrefois populaires et royaux (…)

J’aimerai bien que les instituteurs, dans leurs congrès, mettent cette question à l’étude. C’est de Lisbonne que j’écris ces lignes, au moment de partir pour un lointain voyage où je retrouverai, de l’autre côté de l’Atlantique, le génie latin en plein épanouissement. C’est de la pointe de l’Europe latine que j’envoie à notre France du Midi cette pensée filiale, cet acte de foi en l’avenir, ce voeu de l’enrichissement de la France totale par une meilleure mise en oeuvre des richesses du Midi latin”

Jean Jaurès   La Dépêche de Toulouse Août 1911

Un conte occitan de ÒC Tele

Òc tele propose chaque semaine un conte en occitan à ses visiteurs !  https://www.octele.com/

Comme le chemin de Compostelle passe par le Quercy, nous vous proposons d’écouter un Conte du gascon  David GrosclaudeLo pelegrin de pèira  Le pélerin de pierre

N’oubliez pas d’activer les sous-titres si vous souhaitez la traduction en français

Qué vòl dire ?

Dans certains cas, l’occitan explique des noms de localités ou de familles. c’est ce que nous allons voir 

Cahors, Quercy, Carcin, carcinòlquercynois ou quercinois ?

Au temps où notre territoire était une colonie romaine, les habitants ont été appelés Cadurci par les colons. La ville était Divona en latin, puis Civitas Cadurcorum, puis Cadurcum au IX° ; au XIII° cela évolua vers Cauricio, Caours, Caurs. Ara avèm Cahors qu’escrivèm Caors en òc (pr.”co-our”). Maintenant nous avons Cahors.

Eugène Pujol

Los estatjants de Caors son los Caorcencs o los Caorsins (prononcé. “co-oursi”). Cela viendrait du bas-latin cadurcensis. Au Moyen Âge le mot caorsin est devenu synonyme d’usurier, ceux qui faisaient métier de prêter de l’argent, tant cette profession était célèbre à Cahors.

Les “Cadurques”, Cadurci, gagnèrent la finale -inus pour devenir cadurcinu(m) qui a donné en occitan actuel Carcin, prononcé “karsi” (le Quercy) et carcinòl, prononcé “karsinol” (quercinois, l’adjectif et l’habitant du lieu). Précisons en passant qu’en occitan les noms de lieux tels que pays, rivières, etc, ne sont pas précédés de l’article.

Eh oui ! On écrit quercinois, ou plutôt “on devrait écrire”. L’écriture de l’adjectif quercynois pourrait bien être une faute d’orthographe…

Un carcin est un pòrc vengut de Carcin e un carcinon qu’es un formatge.

2021 par Jérôme SOLEIL

Le nouveau bandeau de Quercynet pour 2021 est en place ! Après Christian VERDUN, l’an passé, cette année, c’est Jérôme SOLEIL, graphiste indépendant qui s’est prêté à l’exercice.  Merci Jérôme.

 

Je l’ai pensé comme un hommage au monde animal.
Le dessin initial est au stylo bille. Un traité croquis, au traits vifs & hachurés comme symbole d’une urgence de ce monde maltraité, en danger permanent. Mais également pour garder un côté énergique & vivant.
Le vert peut paraitre étonnant, et s’il met aussi un peu mal à l’aise c’est assumé.
On peut aussi voir des traits rouges, comme des vaisseaux sanguins, participants graphiquement à la structure du dessin.
Le jeu graphique avec la typo immense et lisible a été pensé dès le départ en superposition.

 

Visitez le site internet de Jérôme SOLEIL ici :   http://www.soleilgraphiste.com/

Photo du Jour

Un Milan Royal se pose entre Lot Cantal et Aveyron !

Cliquez pour agrandir

Merci à Jean Claude Boyer pour cette superbe photo.

Le Milan Royal

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Milan Royal

Le Milan royal est un rapace assez grand, plus grand que la Buse variable par exemple. Sa longueur se situe entre 60 et 70 cm, son envergure de 145 à 170 cm et son poids de 800 à 1 600 g.

Le royal adulte a la tête d’un gris-cendre très clair et finement striée de sombre. L’iris est d’un jaune très pâle, parfois presque blanc. Les parties supérieures apparaissent brunes, avec le manteau d’un brun moyen et les couvertures plus claires. La pointe de l’aile est brun-noir. La queue est nettement rousse dessus, légèrement plus sombre sur les bords.

La chevêche d’Athéna

Selon www.oiseau.net : la Chevêche d’Athéna est des rares rapaces nocturnes que l’on peut apercevoir dans la journée somnolent dans une cavité ou dans un arbre protégée qu’elle est par le mimétisme de son plumage qui se confond avec l’écorce environnante.

La Chevêche d’Athéna

Les mésanges

Les mésanges

Merci à Jean Claude BOYER, photographe animalier figeacois de nous faire partager ses clichés sur la faune du Quercy. aujourd’hui ; les mésanges.

La mésange fait partie de la famille des paridés, un passereau corpulent de taille petite à moyenne. Il existe de part le monde une quarantaine de variétés différentes, c’est la couleur de leur plumage qui les différencie.

Le pic épeiche

Merci à Jean Claude BOYER, photographe animalier figeacois de nous faire partager ses clichés sur la faune du Quercy. aujourd’hui ; le Pic épeiche.

Selon Oiseaux.net la référence du web ; le Pic épeiche – Dendrocopos major – fait partie des picidés qui sont des oiseaux de la taille d’un moineau à celle d’une corneille. Ils sont adaptés morphologiquement à la vie arboricole.

Le Pic épeiche

La faune du Quercy

Merci à Jean Claude BOYER, photographe animalier figeacois – bien connu également pour ses photos de rugby – qui a très gentiment accepté de nous faire partager ses clichés sur la faune du Quercy.

Il a choisi de débuter ses présentations par un oiseau magnifique : le Martin-pêcheur.

Retrouvez ce bel article et ses magnifiques photos en cliquant ici 

Le martin-pêcheur

Rapiette des murets

Sur les causses, on trouve de nombreux murets en pierres sèches qui sont le paradis pour les rapiettes …

C’est ainsi que l’on nomme le lézard des murailles, chez nous.

Rapiette

En fait, la rapiette est le Lézard des murailles (Podarcis muralis). C’est une espèce de sauriens de la famille des Lacertidae.

Mésanges de mon jardin

J’avais placé un nichoir sous l’auvent de la maison.

Celui-ci a très vite été apprécié – sur les graines – par des mésanges qui faisaient la police avec les moineaux en les expulsant manu militari…

Canon Eos 7 avec Zoom 70-200 F4

Araignées du matin …

Jolis spécimens qui se doraient au soleil du matin.

Désolé, je n’ai pas d’information sur les araignées. Merci aux spécialistes de nous aider à la découvrir.

Les photos ont été prises à main levée dans le Lot à Pradines

Appareil EOS 20D

aérienne
dans la lavande

Aqui l’OC soirée thématique

C’est avec honneur que l’Association AQUÍ L’ÒC organise une soirée thématique lors du 100ème anniversaire de la naissance de Joan Bodon (Jean Boudou), le samedi 24 octobre à 21 heures à l’Espaci Occitan Carcinòl à Saint-Céré.

Au programme : poèmes chantés avec le trio Qual sap composé de Francis Alet, Christian Sépulcre et Jean-Claude Blanc mais aussi contes et musique avec Viviane Cayssials et Thierry Heitz. Participation libre.

Joan Bodon né à Crespin (Aveyron) le 11 décembre 1920 et décédé le 24 février 1975 en Algérie, a écrit toute son oeuvre dans sa langue maternelle : contes (dont l’inspiration vient de sa maman, conteuse reconnue), romans et poèmes.

Renseignements : AQUÍ L’ÒC

Tel : 06 73 62 64 63

Site : www.espacioccitancarcinol.com

Un projet ambitieux pour le rugby féminin à Cahors

Les clubs de Cahors et Luzech proposeront dès la rentrée prochaine, un programme inédit (au niveau seniors) pour le sud du département, avec la création d’une entente entre les deux clubs.

Inédit dans le cadre d’une entente car si Luzech depuis des années déjà, possède une équipe féminine, Cahors n’en possède pas. Le club phare du département a certes fait office de précurseur avec une équipe de filles en 1968 mais les vestiaires de ces « nanas » sont malheureusement restés vides et les dossiers classés sans suite.

Car au-delà de ces deux entités, c’est bien d’un bassin sur lequel doit pouvoir compter le sud du Lot, afin de proposer une alternative cohérente pour toutes les filles et cadettes licenciées dans les différents clubs. Si l’on ne veut pas voir fuir tous les talents après leur formation dans les départements limitrophes, il était devenu urgent de proposer une opportunité, à un rugby en plein développement qui ne demande qu’à s’affirmer.

Après mûres réflexions et sous l’impulsion des présidents Didier Valade et Ghislaine Rossignol, le projet ambitieux d’une entente entre les deux clubs (Cahors et Luzech) est devenu une réalité. Si le mot « entente » est bien féminin par définition, il faudra parler maintenant de Rassemblement Cahors Luzech (RCL).

Dans l’esprit de partage que suggère une entente, Cahors et Luzech mettront en commun leurs compétences et leurs organisations afin de proposer alternativement chez les uns et les autres, les entraînements ainsi que des matchs pour le plus grand plaisir des aficionados du rugby féminin.

Tu habites sur le bassin de Cahors ou tout proche et tu as plus de 18 ans ? Une équipe se monte tout proche de chez toi. C’est donc le moment de chausser les crampons ?⚪️??   On t’attend !

Page 2 of 9

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén