Auteur/autrice : Gilles Chevriau Page 2 of 24

Le village d’Autoire vu par Yves Marguin

Autoire est un charmant village situé dans un cirque naturel, où rien ne dénote, ni les habitations ni la nature. Pour preuve, son appartenance au label des « Plus Beaux Villages de France ».
Toits pentus aux tuiles sombres, façades blondes à colombages ou à encorbellements, tourelles et pigeonniers, manoirs, châteaux et gentilhommières, font d’Autoire un ensemble au caractère architectural remarquable. Autrefois lieu de villégiature apprécié des notables de Saint-Céré, le village fut surnommé le « Petit Versailles ».
Le charme d’Autoire tient aussi à son environnement exceptionnel : un cirque de falaises calcaires d’où surgit le ruisseau du Toire, dans une impressionnante cascade de 30 mètres.
La balade le long du GR est très prisée : le chemin de crête y dévoile des vues exceptionnelles. Le dépaysement ne serait pas complet sans un passage à la forteresse des Anglais, incroyablement accolée à la falaise du cirque. Ce château servit aux compagnies anglaises pendant la guerre de Cent ans et aux brigands des environs. Depuis, la sérénité a regagné le cirque où seul le tumulte des eaux vient rompre le calme environnant.

Résistance en Haute-Vienne

Notre site comportant de nombreuses pages sur le thème de la Résistance en Quercy, nous sommes régulièrement sollicités pour compléter nos contenus. C’est le cas avec ce texte qui fait référence à Helmut Kampfe, militaire allemand dont le nom sera associé au massacre d’Oradour-sur-Glane

“En traversant la route nationale 141 à Moissannes. Depuis 1986, en bordure de cet axe menant à Clermont-Ferrand, se dresse un menhir de 60 tonnes et de 6 m de haut, réalisé par l’artiste Jean-Joseph Sanfourche. Dans les environs de cet endroit Helmut Kampfe à été capturé, le 9 juin 1944. Il chevauchait seul devant ses troupes. Près de Moissannes, il rencontre les maquisards de Georges Guingouin commandés par le sergent Canou. Cette capture eut de graves conséquences comme Oradour-sur-Glane.”

En pièce jointe, notre contributeur que nous remercions, nous propose un document de 8 pages intitulé : “Chemins de mémoire de la Résistance du Pays Monts et Barrages”. CLIQUEZ CE LIEN pour lecture et téléchargement.

Le château de Castelnau-Bretenoux proposé par Yves Marguin

Merci à l’auteur de cette vidéo accompagnée par le texte ci-dessous.

Le château de Castelnau-Bretenoux, situé dans le département du Lot, est la forteresse médiévale la plus imposante du Quercy. Cet imposant édifice constitue un résumé des arts du Moyen Âge. Le château se dresse à 900 mètres à l’est de Prudhomat. La construction du château s’est déroulée sur plusieurs siècles, du XIIe au XVIIe siècle. Son origine remonte à Hugues de Castelnau qui fait édifier une enceinte autour de son domaine. Il est l’ancêtre d’une lignée familiale très puissante, baronnie inféodée aux comtes de Toulouse et qui prospère dans une région riche en ressources agricoles. Le château, siège de la puissante famille des barons de Castelnau, est un imposant témoignage de l’évolution de l’architecture castrale. Conçu pour résister aux assauts des guerres médiévales, il s’adapte aux progrès de l’artillerie aux XVe et XVIe siècle.

Jean-Marie Massou : de l’ombre à la lumière

Bien que “retiré du monde”, il vivait en fusion avec les entrailles de notre planète, chemin que lui seul pouvait expliquer. Marminiac son village était sa protection de surface et aujourd’hui ses habitants veulent, à juste raison, protéger l’oeuvre de Jean-Marie Massou, décédé en 2020.

L’association SIderal s’est ainsi rendue propriétaire du site des Limoges, afin de préserver le lieu – fermé au public – où sont les sculptures magistrales. Les moyens d’action dont se dote l’association pourraient permettre la naissance d’un musée à ciel ouvert entièrement sécurisé. On pourrait alors par une vaste galerie, découvrir  l’une de ses œuvres majeures : Le Sidéral, un bateau, mais aussi le titre d’un roman qu’il avait dicté à sa mère.

Aujourd’hui des oeuvres de Jean Marie Massou sont exposées au MIAM à Sète jusqu’en janvier 2023 : une exposition est également en préparation pour Bruxelles.

Autre mission pour cette association : celle de faire connaitre « La Mission universelle » de Jean Marie, celle qui, selon ce dernier, vise à « prévenir l’humanité que le monde va à sa perte, qu’il s’agit de protéger ceux qui restent ».

Comprendre les archives médiévales

L’association Héritages du Sénéchal, à Gourdon, s’occupe de l’étude et de la mise en valeur des archives anciennes de la ville et de ses environs. Dans ce cadre, l’association propose depuis plusieurs années des cours, gratuits, pour apprendre à déchiffrer et comprendre des archives médiévales. Pour la rentrée 2022, l’association propose quatre séances de cours par semaine.

Le lundi à 14 h, un cours d’initiation pour débutants apprend les bases de la paléographie (la lecture des écritures anciennes), de l’ancien français et de divers éléments nécessaires à la compréhension des archives (anciennes unités de poids et mesures, monnaies, …). Le lundi à 15 h 30, un cours de paléographie d’un niveau plus avancé permet de se perfectionner dans la lecture de textes plus difficiles.

Le jeudi, deux cours de latin médiéval sont proposés : un premier à 14 h pour les débutants et un second à 15 h 30 d’un niveau plus avancé, avec à la clé la lecture et traduction de manuscrits médiévaux rédigés en latin.

Ces cours reprennent à partir du 3 octobre, dans la salle du troubadour, à l’étage de la Maison du Roy, place Noël Poujade à Gourdon. Ils pourront également être suivis à distance en visioconférence, ce qui ne manquera pas de convenir aux participants qui suivent ces cours depuis Cahors, Luzech ou même de Dordogne.

Pour une mise en pratique, l’association Héritages du Sénéchal a un groupe de travail qui se réunit les mardis de 9 h à 12 h, aussi dans la salle du troubadour, pour transcrire et étudier les archives de Gourdon.

Renseignements : https://www.heritagesdusenechal.fr/ ou heritagesdusenechal@gmail.com

Source article : Blog des Bourians

 

Jean-Jacques Chapou honoré une nouvelle fois à Montcuq

La rencontre qui s’est tenue à l’Hôtel de ville de Montcuq le mardi 27 septembre, autour de l’exposition consacrée à l’enfant de la ville Jean-Jaques Chapou, a donné lieu à plusieurs interventions des représentants des collectivités et associations invitées. Nous reproduisons ci-dessous l’essentiel du texte du délégué du Souvenir français, M. Hervé Thiebaut, cheville ouvrière de cette exposition.

Le patronyme de Chapou, est évoqué à Montcuq, par un boulevard, l’école primaire, par une plaque au Collège Jean Jacques Faurie, qui présente en cent caractères, notre résistant. Quant au monument aux morts. Le nom de Chapou, y est gravé trois fois dans la pierre ; il ne sera jamais oublié. Son père Etienne, mort au Champ d’Honneur en 1914, sa mère Camille née Bigou, déportée pour action dans la résistance, à Ravensbrück, en Juillet 1944, morte quelques jours avant la mort de son fils.

J’en appelle à votre ressenti quant au parcours de Jean-Jacques Chapou, qui fut l’étincelle de la Résistance en Quercy Blanc, qui, de par ses actions de fédérateur des maquis du Quercy, d’entraineur d’hommes sur le terrain, dans les combats, a marqué profondément cette période d’occupation. Jean-Jacques Chapou servit uniquement la liberté. Quel souvenir, quelle connaissance auront notre jeune génération, dans quelques années ? Le monde moderne va effacer petit à petit, le parcours de Jean-Jacques Chapou, au profit de supports virtuels, pour une mémoire virtuelle ! L’histoire nous demande de préserver son passé, c’est le devoir de notre génération, nous en sommes ce jour les gardiens.

C’est pour cela que nous devons palier à l’oubli, en lui élevant une mémoire physique dans notre ville de Montcuq, sous la forme d’une pierre droite, son profil en rond de bosse, son étoile à cinq branches, avec les inscriptions gravées dédiées à Jean-Jacques Chapou. L’ajout d’un QR CODE, permettra au passant, au touriste, de lire immédiatement cette page d’Histoire sur sa tablette ou son téléphone portable et ainsi compléter son information sur les Maquis, les Amis et Compagnons d’Armes de Chapou, et en particulier le discours en hommage rendu par Marcel Bourrières, maire de Montcuq le 8 juillet 1945. C’est pour cela qu’il faudrait envisager dès à présent une souscription individuelle et collective pour les associations, dédiée à l’érection de ce que j’appelle une « mémoire physique »….

…Cette exposition, est tout d’abord l’apport de Mlle Sarah Chabert, pour un mémoire présenté en Master de 1° année, à Université d’Avignon, (actuellement en 2° année) sur Jean-Jacques Chapou son arrière-grand-père. C’est aussi un un travail collégial, avec le Musée de la Résistance, de la Déportation, et de la libération du Lot (Mlle Louise Manciet en master 2 Université Jean Jaurès TOULOUSE stagiaire au musée, M. Jean-Luc Couderc, cheville ouvrière et personnage essentiel à la bonne marche du Musée, la Maison du Patrimoine et son animateur M. Emmanuel Carrère, référent du futur musée de la Résistance et de la Déportation. Je les remercie de la confiance qu’ils m’ont accordé pour le prêt des panneaux, et de me donner l’autorisation pour réaliser cette exposition. Merci à Mme Françoise Chapou, avec laquelle nous sommes en contact, ainsi qu’avec sa petite-fille Sarah Chabert..

Note : Ce site propose dans sa galerie des personnages emblématiques du Lot, un portrait consacré à Jean-Jacques Chapou

Photo d’illustration (Quercy net) de gauche à droite : Sylvie Caroff, élue municipale ville de Cahors, en charge notamment des musées / Emmanuel Carrère, référent du futur musée de la Résistance et de la Déportation (ouverture prévue en juin 2025) / Jean-Luc Couderc, secrétaire de l’association du Musée de la Résistance et de la Déportation / Françoise Chapou, fille de Jean-Jacques Chapou / Christiane Bouat, vice-présidente de la Société des Membres de la Légion d’Honneur (section du Lot) / Hervé Thiebaut, délégué du Souvenir français.

Les “Anciens” de Gambetta se sont retrouvés.

Notre tribun veille toujours sur “son ” Lycée

Le dimanche 4 septembre s’est déroulée la traditionnelle rencontre qui, depuis 1881, date de création de l’Amicale, réunit, dans une chaleureuse ambiance, les “Anciens” du Lycée et du collège Gambetta dans les locaux du collège, rue Wilson.

L’assemblée générale a permis à plus de 60 membres de se rencontrer et, pour 45 d’entre eux, dans la salle Fénelon, de participer au déjeuner présidé par le Docteur Hervé Gomar, gynécologue-obstétricien, qui nous a parlé de ses années au Lycée puis de son parcours professionnel très dense. L’Amicale a eu le plaisir de compter sur la présence de la nouvelle principale et ses principaux collaborateurs à ce déjeuner.

A cette occasion l’Amicale a accueilli 6 nouveaux membres, preuve de sa vitalité et de l’intérêt qu’elle suscite encore après 140 années d’existence.

Les anciens qui souhaitent rejoindre l’Amicale sont invités à nous contacter, soit à l’adresse suivante: anciens.gambetta@ac-toulouse.fr soit en envoyant un courrier à « Amicale des Anciens Collège Gambetta 105 rue Wilson 46000 Cahors ». L’adhésion, inchangée depuis 2006, est à 15 € par an. Un bulletin annuel retrace les activités de l’Amicale.

Histoire et mémoire de la Résistance en Occitanie

L’association “Mémoire Résiste – Histoire et mémoire de la Résistance en Occitanie ” est une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901, qui a pour objet de perpétuer la mémoire des actes de la Résistance dans la Région Occitanie, et les faire connaître auprès d’un large public en utilisant toutes formes de supports de communication (multimédia, publications, expositions, conférences, ….). Présidée par Pierre Coll jusqu’à son décès, cette association est désormais animée par Pierre Léoutre, président, Patrice Castel et Thierry Jamin.

L’association “Mémoire Résiste – Histoire et mémoire de la Résistance en Midi Toulousain ” s’intéresse à l’histoire de la Résistance dans les départements de l’ancienne région Midi-Pyrénées : Ariège (09), Lot (46), Gers (32), Haute-Garonne (31), Tarn-et-Garonne (82), Aveyron (12), Tarn (81), Hautes-Pyrénées (65), via, notamment les réseaux sociaux, elle développe également des liens avec les associations mémorielles de toute la région Occitanie mais encore toute personne s’intéressant à l’histoire de la Résistance dans l’ancienne région R4.

1944 dans le Lot : de “Mansergue” (entre Carennac et Miers) à Cahors

Depuis la création du Musée de la Résistance, de la Déportation et de la Libération du Lot, dont les collections ne seront accessibles au public qu’en 2025, nombreux sont les témoignages et questionnements qui se font jour sur les faits de guerre durant les années du Second conflit mondial.

Les déplacements récents en France de deux familles (Britannique et Américaine) ont permis des retrouvailles non seulement fort émouvantes mais également la visite des lieux notamment des parachutages (Mansergue) et surtout d’échanges en présence des membres de l’association des amis du musée. Il revenait à Jean-Luc Couderc de présenter aux représentants de la presse locale nos visiteurs et leurs motivations

Depuis sa Louisiane natale Donna Wakeman est dans le Lot depuis le 23 juin pour marcher sur les pas de son père, William Hawk-Daniels alias capitaine Dick, officier de l’OSS Office of Strategic Services (qui deviendra plus tard la CIA) parachuté en juillet 1944 sur le terrain du Bouleau entre Carennac et Miers.
« Mon père, né également en Louisiane, parlait Français (Cajuns). Capitaine du 506ème d’infanterie parachutiste de la 101ème aéroportée était volontaire pour des mission d’appuis de la Résistance sur le territoire français”.

Donna Wakeman, le 14 juillet dernier, devant la stèle rendant hommage aux combattants parachutés au lieu-dit Mansergue, entre Carennac et Miers (photo Jean-Luc Couderc)

Dès son arrivée dans le Lot, il rejoint les Britanniques du réseau FOOTMAN aux côtés de Cyril Watney dit Michel et Georges Hiller dit Maxime – parachutés également à Mansergue mais en janvier 44. Tous ces soutiens extérieurs venaient apporter leurs compétences techniques (maniement des armes, utilisation des explosifs, transmission de messages radio…) On leur doit des sabotages de ponts (Saint-Pantaléon, Lascabanes, Lhospitalet) mais également de certaines lignes téléphoniques importantes comme celle qui reliait Montauban et Cahors….

Les membres de la  Famille de Cyril Watney (Anthony, Tina et Isabel Martin).également présents participent à ces échanges très fructeux avec l’évocation de l’accrochage par l’armée allemande le 22 juillet de la voiture d’André Malraux de passage à Gramat. Les autres passagers Georges Hiller et Collignon, responsable des groupes Veny sont blessés et conduits à Maniagues  par Cyril Watney où ils seront soignés avec “les moyens du bord”. Fort heureusement William Hawk-Daniels alias capitaine Dick à assuré la livraison de médicaments parachutés depuis Londres et dont le musée possède le container utilisé lors du parachutage (v. photo de groupe)

Cet épilogue est concrétisé par un rapport écrit et remis au musée par Donna Wakeman, fille du capitaine Dick. A noter que le capitaine Dick était présent à Cahors le jour de la libération de la ville.

 

 

Le musée ferroviaire de Saint-Géry nous dévoile son programme

Le Musée ferroviaire à Saint-Géry (Lot), a ouvert ses portes.
Après le matériel du parc remis en peinture et en ordre, fleuri également par les bénévoles dévoués de l’association, des visites guidées du Musée, du parc et de la station de pompage SNCF sont prévues pour les visiteurs, ainsi que des démonstrations du réseau miniature rénové entièrement cette année.

Jours et horaires d’ouverture : pendant les mois de juillet et août, le musée est ouvert tous les mercredis, vendredis et dimanches, de 10h à 13h et de 14h à 18h. Au mois de septembre, il est ouvert uniquement le dimanche aux mêmes horaires.

Plusieurs animations supplémentaires et originales sont prévues :
 Conférences sur la ligne Cahors-Capdenac :
– jeudi 14 juillet à 10 h 30
– lundi 15 août à 10 h 30
présentées par Claude Marmiesse, ancien Président et Fondateur du Musée ferroviaire.

 Nocturne : repas-grillades dans le parc :
– vendredi 29 juillet à 20 h
préparées par le tandem de professionnels Momo et Jean-No
Animation gracieuse par le groupe vocal BALIVERNES, d’Esclauzels

 39èmes Journées Européennes du Patrimoine :
16, 17 et 18 septembre : visites guidées du Musée et du parc, promenades en petit train, expositions diverses, conférences et balades en vélorails pendant la semaine jusqu’à la station de pompage SNCF, près de l’écluse

Réservations fortement conseillées pour chaque activité auprès du : 06 24 09 51 46 ou du 06 09 50 32 18
Courriel : memorailquercyvapeur@gmail.com
Président : Jean-Marc Lagarde : 06 09 50 32 18

Découvrir Espédaillac !

crédit photo: photothèque touristique du Lot

Riche d’un patrimoine particulièrement bien mis en valeur et largement diffusé grâce notamment au livre “Espédaillac, village des Causses du Quercy“, tiré à 500 exemplaires, cette commune puise aussi sa force dans l’engagement citoyen.
Chacune et chacun de ses habitants semblent mobilisés pour participer, ce que nous avons d’ailleurs constaté lors de la dernière fête de la brebis le 26 mai dernier avec une organisation parfaite pour une fréquentation plus qu’honorable.
Déjà pourvu d’un site internet très complet et régulièrement mis à jour, l’arrivée d’un site-blog nous fait partager les richesses naturelles, écrin de son patrimoine vernaculaire.

Chemins de randonnées, calendrier des événements, fiches techniques, reportages, recettes… rien ne manque !
Même si nous regrettons que la publicité vienne ternir la lisibilité de cet ensemble, nous ne pouvons que souscrire et encourager cette initiative citoyenne.

Espédaillac qui dispose de quelques activités économiques reconnues (restaurant, coutellerie…) d’espaces associatifs avec un café… et bientôt un tiers-lieu, s’affirme une fois encore comme une commune du bien vivre.
Découvrir Espédaillac : c’est ICI

 

Patrimoine ferroviaire : Un jumelage inédit en Occitanie

Cliquez l’image pour agrandir

MUSEE POSTAL DES AMBULANTS ET  D’UN MUSEE FERROVIAIRE AVEC SA CREATION EN GARE DE CAHORS

« L’AVENIR DU PASSE » voici l’expression favorite de l’initiateur du projet qui le résume, Pierre Lazuech, cet aveyronnais devenu lotois, également passionné de train, de philatélie et d’aéropostale.

Sa rencontre avec le Musée postal des anciens ambulants de Toulouse puis avec le Musée ferroviaire de Saint-Géry (Lot) aura permis cette initiative en cours de finalisation avec le concours de la SNCF, de La Poste et des collectivités territoriales qui se donnent la main pour sauvegarder l’historique de métiers vieux de plus de 150 ans, aujourd’hui disparus, et d’objets anciens tant postaux que ferroviaires.

Le tout en gare de Cahors, écrin spacieux et toujours magnifique, pour mettre en valeur et donner un nouveau souffle à ces deux musées déjà particulièrement originaux, en accueillant généreusement une nouvelle structure, plus spacieuse, plus attractive et surtout unique par ce jumelage se rapprochant par surcroît de leurs activités professionnelles initiales !

Origine du projet : Le Musée postal des anciens ambulants de Toulouse doit quitter son emplacement de l’ancienne gare Raynal suite au projet de métamorphose urbaine autour de la gare Matabiau.

+ d’informations en cliquant CE LIEN

L’exposition historique permanente de ce Musée est d’abord constituée de trois voitures postales (PA et PE)  désaffectées et récupérées officiellement lors du démantèlement des services ambulants de La Poste. Ils sont les témoins de l’histoire des ambulants depuis les années 1920. Depuis 2006, un dernier véhicule, une R.A.P. (Rame Automotrice Postale) composée d’une motrice et d’une remorque a été rajoutée. Au total cinq éléments, soit plus de 120 mètres de long, plus deux containers et du matériel de quai (petit tracteur électrique et chariots, etc…)

Informations : site du Musée postal des anciens ambulants 

Le Musée ferroviaire de Saint-Géry (Lot), quant à lui, était en même temps à la recherche d’un local annexe situé à Cahors pour désengorger son bâtiment devenu exigu à Saint-Géry à la suite de nombreux et futurs donateurs désireux d’apporter leurs soutiens généreux et amicaux à notre Musée ; pour également organiser des expositions sur La Poste, le Rail, des conférences, etc, et la création d’un club de modélisme ouvert aux adultes mais aussi aux enfants en liaison avec les écoles du département.

L’adjonction de deux voitures postales devient nécessaire de façon à constituer un ensemble capable de recevoir confortablement les matériels exposés et constituer en même temps une réserve d’exposition pour les deux Musées.

Informations : Site du Musée ferroviaire de St-Géry (Lot)

Page Facebook du Musée ferroviaire de St-Géry (Lot)

Dossier complet du jumelage sur le site du musée ferroviaire de St-Géry

Contacts :
Jean-Luc CAVALIER : 06 65 02 72 70 – courriel :
jeanluccavalier46@laposte.net
Philippe MAGRY : 06 51 87 89 00 – courriel : magry.philippe@free.fr

Financement participatif : HelloAsso « Jumelage inédit en Occitanie »

Association déclarée d’intérêt général permettant aux donateurs particuliers de bénéficier d’un crédit d’impôt de 66 % et pour les entreprises de 75 %

Autour de l’orgue de Souillac

Avec la publication d’un nouveau site internet et d’un beau projet “Objectif Concorde” autour des 10 ans de l’école de musique de Martel, un conte musical sur le thème du voyage de l’Obélisque de Louxor sera donné le 18 juin prochain.

En cliquant ce lien, prenez également connaissance du programme de la saison 2022 avec notamment la participation d’Albertus Dercksen et Christopher Gibert.

OBJECTIF CONCORDE

Cahors, les patrimoines en mouvement : une nouvelle association

Présenté par son président Michel Simon (ancien Premier adjoint de la Ville de Cahors), le projet est d’associer les forces vives de la ville, les habitants, les commerçants, les acteurs culturels, sociaux et économiques, les investisseurs, les artisans pour constituer une force de proposition pour l’animation et le rayonnement de la ville.

3 grands projets constitueront le socle des actions envisagées
> L’Université du Patrimoine Médiéval
> Le Laboratoire d’Initiative Citoyenne
> La Fabrique des Projets

Quelques exemples d’animation : Redynamiser l’artère principale médiévale de la place Metge à la place Lafayette, création d’un salon des métiers d’art et de la gastronomie, organiser une biennale des patrimoines cadurciens sur les trois piliers patrimoniaux (eau, vin et pierre)…

Les bonnes volontés ainsi que les adhésions à l’association sont attendues pour participer à la mise en mouvement des patrimoines cadurciens !

Contact : Michel Simon 07 87 50 72 07 / contact@patrimoinesenmouvement.fr

 

GÉNÉALOGIE ET HISTOIRE : Des ateliers des Archives départementales dans les médiathèques du Lot

Vous souhaitez débuter des recherches généalogiques ou écrire l’histoire de votre village : les Archives départementales du Lot se déplacent pour vous faire connaître les sources disponibles et vous fournir les méthodes pour bien les approprier. Plusieurs ateliers gratuits seront proposés en cette année 2022 dans six médiathèques lotoises.

Je fais l’histoire de mon village

La grande Histoire a eu des répercussions dans nos villes et nos campagnes. Si vous souhaitez retracer l’histoire de  votre commune, cet atelier va vous permettre à la fois d’identifier les sources disponibles et d’acquérir les bases méthodologiques pour les exploiter.

  • Médiathèque de Latronquière, 5 avril ( 05 65 40 14 12)
  • Médiathèque de Saint-Céré, 6 septembre
  • Médiathèque de Gramat, 21 septembre
  • Médiathèque de Puy l’Evêque, 26 septembre
  • Médiathèque de Souillac, 29 septembre
  • Médiathèque de Labastide-Murat, 18 octobre

Ateliers à 14 heures, limités à 10 personnes

Je débute ma généalogie

Démarrer sa généalogie peut sembler difficile et fastidieux. Si vous souhaitez vous plonger dans l’histoire de votre famille, cet atelier va vous permettre de découvrir les sources disponibles en ligne sur le site internet des Archives départementales du Lot et d’acquérir les bases pour débuter vos recherches.

  • Médiathèque de Souillac, 12 mai
  • Médiathèque de Puy l’Evêque, 16 mai
  • Médiathèque de Saint-Céré, 7 juin
  • Médiathèque de Labastide-Murat, 21 juin
  • Médiathèque de Gramat, 22 juin
  • Médiathèque de Latronquière, 27 septembre

Ateliers à 14 heures, limités à 10 personnes

Inscription obligatoire en cliquant CE LIEN

Page 2 of 24

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén