Auteur/autrice : Gilles Chevriau Page 4 of 21

J’aime les nuages, les nuages qui passent…

— Qui aimes-tu le mieux, homme énigmatique, dis ? ton père, ta mère, ta sœur ou ton frère ?
— Je n’ai ni père, ni mère, ni sœur, ni frère.
— Tes amis ?
— Vous vous servez là d’une parole dont le sens m’est resté jusqu’à ce jour inconnu.
— Ta patrie ?
— J’ignore sous quelle latitude elle est située.
— La beauté ?
— Je l’aimerais volontiers, déesse et immortelle.
— L’or ?
— Je le hais comme vous haïssez Dieu.
— Eh ! qu’aimes-tu donc, extraordinaire étranger ?
— J’aime les nuages… les nuages qui passent… là-bas… là-bas… les merveilleux nuages !

Charles Baudelaire, Petits poèmes en prose, 1869

Nuage choux-fleur, photo prise au hameau de Pasturat par Henri Renault

Association Latitude, les amis de Barbara Phillips : les premiers rendez-vous

Après une « année blanche » en 2020, l’association Latitude-les Amis de Barbara Phillips a l’intention de reprendre ses Rencontres estivales, à Saint-Martin-Labouval avec le concours de la municipalité qui met à disposition la logistique (salle notamment). Avec le soucis de garantir la tenue des Rencontres dans de bonnes conditions techniques et d’assurer aussi la sécurité sanitaire du public et des intervenants, les Rencontres se tiendront sur la place de l’église. Elles commenceront à 21 heures précises. Ces rencontres culturelles estivales, gratuites, s’inscrivent dans la continuité de celles qu’avaient initiées, il y a plus de quinze ans, chez elle à La Toulzanie, la sociologue américaine Barbara Phillips décédée en mai 2017.

Vous êtes cordialement invité(e) aux conférences, causeries et animations de l’association Latitude-les Amis de Barbara Phillips. Ces Rencontres se dérouleront les lundis à 21 heures à Saint-Martin-Labouval, sur la place de l’église. Notre objectif : diffuser toutes les formes de culture, permettre le partage des savoirs, favoriser le vivre-ensemble. Cet été, tous les lundis des mois de juillet et d’août, nous vous proposons un programme riche et varié où se côtoient présentation d’un pays francophone des Caraïbes, moment d’histoire du château de Cénevières, évocation du citoyen du monde André Breton découvrant Saint-Cirq-Lapopie, paysages et architectures quercynois ou sauvegarde des tortues marines. Cette année encore, la musique sera à l’honneur, avec deux concerts de guitares aux styles originaux et bien différents. Toutes les conférences, causeries et soirées musicales sont gratuites et commencent à 21 heures précises. Elles sont suivies d’un verre de l’amitié.

Le programme des mois de juillet août est accessible en cliquant CE LIEN
+ d’informations et toute l’actualité sont disponible sur le site internet de l’association

L’association Latitude Les Amis de Barbara Phillips est partenaire de Quercy net

 

12 juin : atelier d’écriture en compagnie de Daniel Crozes, historien et romancier

 

En partenariat avec Occitanie Livre et Lecture, Calligramme a le plaisir de vous inviter le samedi 12 juin de 14 h 30 à 16 h à un atelier d’écriture en compagnie de Daniel Crozes, historien et romancier.

Après une lecture d’extraits de son roman « Julie » dans lequel il évoque la fragrance de l’orange, Daniel Crozes vous invitera à décrire le parfum, la fragrance qui vous a le plus marqué dans votre vie, qui vous rappelle un souvenir marquant.

Vous échangerez entre vous et avec l’auteur sur la place de la fragrance dans nos souvenirs.

Afin de respecter les conditions sanitaires, le nombre de participants est limité à 10.

Merci de vous inscrire pour cet atelier à l’adresse : contact@librairiecalligramme.fr

En attendant de vous retrouver, belle journée et belle lecture !!

 

La librairie Calligramme est partenaire de Quercy net

Christian Verdun dédicace à Cahors

 

L’auteur vous donne rendez-vous
> Samedi 5 juin (10h – 13h) Maison de la presse à Cahors
> Samedi 12 juin (10h – 13h) Librairie Calligramme à Cahors

Le lotois Jean Calvel, pionnier de radiodiffusion nationale française

Il y aura 30 ans cette année, disparaissait Jean Calvel, originaire du village de Lanzac.  Né en 1910 et diplômé de psychologie de l’Ecole pratique des Hautes Etudes, il s’oriente vers le journalisme. Lors de la période sombre du Second Conflit mondial, il sera présent en Quercy, son nom figurant dans la liste des Résistants (FTP). A la Libération, il participera à la relance de Radio Toulouse puis, appelé à Paris pour l’émission Ce soir en France, diffusée tout d’abord sur les antennes de la radio américaine en Europe puis sur celles de la Radiodiffusion française.
Il se liera d’amitié avec Simon Copans – dont le nom est associé à jamais au festival de jazz de Souillac – universitaire américain francophile qui est chargé après le débarquement, d’assurer la diffusion de la voix officielle de l’Amérique….
Jean Calvel poursuit sa brillante carrière qui le verra notamment comme rédacteur en chef au “Journal parlé”. D’autres titres d’émission sont également associés à son nom : Actualités de Paris, Paris vous parle ce soir. Parmi son équipe citons quelques noms qui marqueront également l’histoire de la radio et des premiers temps de la télévision Jacqueline Baudrier, Pierre Dumayet, Raymond Marcillac, Pierre Sabbagh…

Il trouve le temps de faire découvrir le Lot à des personnalités du monde du spectacle comme Line Renaud ou aider quelques compatriotes, en facilitant, notamment, l’entrée de Roger Couderc à la radio.

Successivement, il est nommé rédacteur en chef du service des échanges internationaux de la RTF, puis, détaché à l’UNESCO où il dirige la Division de la radio et de l’information visuelle.

Au plan local, il participe activement à la vie associative et fait partie de l’équipe des mousquetaires créateurs du club de tennis de Souillac… il favorisera les écrivains locaux par la création de prix littéraire “Lou Canton” qui récompensera entre autre Elisabeth Molisson, Christian Signol, Tibor Pataki.

Enfin, en 1982, il sera le premier président du Comité d’Histoire de la Radiodiffusion.

 

Les Colloques de l’ADELF, (volume IX), Regards croisés sur la Francophonie au Maroc. Extrait de la communication faite par Gilles Chevriau, p. 317-321.

Il y a presque 40 ans, naissait Radio Chabrot

 

18 janvier 1982, était diffusée la première émission de cette radio installée rue Feydel, radio qui a accueilli plus de 65 animateurs…. une longue histoire commençait.

Elle est racontée par deux “anciens” Daniel Coupy et Raphaël Alguacil sur CFM (partenaire de Quercy net).

Retrouvez l’interview diffusé sur CFM en cliquant CE LIEN

 

Cette émission s’inscrit dans les 100 ans de la Radio diffusion

Sème tes haricots à la Saint Didier …

Nous dit le Le dicton populaire qui ajoute : “tu en auras plein le panier” ou encore : “pour un tu en auras un millier”.

Profitons-en pour rappeler que Didier est un nom célèbre. Même si plusieurs évêques portant le nom de Didier sont répertoriés, nos préférences iront à notre évêque lotois.

Originaire de la Narbonnaise, il fut d’abord trésorier royal de Dagobert. Vivant à la cour, il fut en relation avec les grands saints de son époque: saint Ouen et saint Eloi. Le roi Dagobert fit de lui l’évêque de Cahors en réponse à une demande des habitants de cette ville. La lettre du roi mérite d’être connue: “Nous faisons violence à nous-même en nous privant d’un officier si nécessaire. Mais nous devons donner à l’Eglise des pasteurs qui conduisent nos peuples selon Dieu.”
Désiré ou Géry, évêque de Cahors et successeur de saint Rustique, son frère.
Une localité s’est mise sous son vocable: Saint-Géry-46330.
À Cahors, vers 655, saint Didier, évêque , qui fit construire plusieurs églises et monastères, et entreprit d’autres travaux d’utilité publique, sans négliger le moins du monde de préparer les âmes comme le vrai temple du Christ.

(Sources : Nominis)

Le Pass Culture : Quesaco ?

QUOI : Le Pass Culture vous permet de participer à des activités ou sorties culturelles (cinéma, musée, stage, atelier…) ou d’acheter des matériels et biens numériques (livre, téléchargement de musique, film…).

POUR QUI : Conditions d’âge et de résidence. Avoir précisément 18 ans.et demander le Pass Culture jusqu’à la veille de vos 19 ans. Vous devez résider en France métropolitaine ou en Guadeloupe, Guyane, Martinique, La Réunion, Mayotte, Saint-Barthélemy, Saint-Martin, Saint-Pierre-et-Miquelon, Wallis et Futuna.

COMMENT : Vous devez télécharger sur votre smartphone ou votre ordinateur l’application dédiée au Pass Culture et vous y inscrire. (CLIQUEZ CE LIEN)
Lors de votre inscription, vous devrez scanner et joindre les documents suivants : Pièce d’identité et Justificatif de domicile à votre nom. Si vous n’en avez pas, vous devez joindre un justificatif de domicile de la personne qui vous héberge, une attestation d’hébergement et la pièce d’identité de la personne qui vous héberge

FONCTIONNEMENT : Une fois que votre inscription est acceptée, votre compte est crédité d’une somme de 300 €. Vous pourrez ensuite sélectionner sur l’application les activités, sorties ou achats de matériel ou biens numériques et les payer directement en ligne. La somme de 300 € peut être utilisée en une seule ou plusieurs fois selon l’activité ou l’achat concerné. Le montant de votre achat sera déduit automatiquement de votre crédit. Vous avez 2 ans à partir de l’activation de votre compte pour utiliser votre crédit.

Les artisans lauziers couvreurs s’organisent

Quatorze actions pour relancer la pierre sèche et la lauze
Sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, à Gréalou (Lot), le refuge pour randonneurs, ouvert début 2020, symbolise les objectifs d’un programme lancé en avril. Laubapro – acronyme de lauziers et bâtisseurs professionnels -rassemble 10 partenaires jusqu’à la fin 2022 autour de 14 actions, avec un budget de 729 000 €. Coordonnés par l’association Artisans bâtisseurs en pierre sèche (ABPS), leurs projets couvrent toute la filière, depuis l’extraction jusqu’à l’assurance des ouvrages en passant par la formation.

Pour construire l’abri avec ses salariés, Vincent Caussanel (Espédaillac) a bénéficié d’un précédent programme. « J’ai validé les deux certificats de qualification professionnelle de la pierre sèche », témoigne l’artisan. Ces CQP d’ouvrier et de compagnon sont ainsi nés de Laubamac – acronyme de Lauzier et bâtisseurs du Massif central -mené de 2016 à 2019. Leur détention a rendu possible l’assurance du bâtiment de Gréalou, qui repose sur des murs en pierre sèche coiffés par une toiture en lauze. Grâce à Laubapro, Vincent Caussanel vise la validation d’un CQP spécifique à ce type de couverture. La nouvelle association des artisans lauziers couvreurs (ALC) porte le projet. « Nous espérons ouvrir la première session au printemps 2022 », annonce Tsilia Poussin, animatrice de Laubapro recrutée en mars.

(source Le Moniteur)

Crédit photos :@gdsudinsolite

Les arbres de la Liberté : quand la nature nous raconte l’Histoire

L’Orme inondé de soleil !

Dans quelques semaines nous serons appelés aux urnes pour le renouvellement des élus départementaux et régionaux. Dans les programmes qui nous seront proposés, il sera très certainement question de Patrimoine et d’Histoire, deux sujets qui figurent parmi nos favoris.

Sans vouloir absolument rédiger un article qui les réunisse, le hasard a voulu qu’un ami m’invite à faire connaissance avec l’un des derniers témoins de la Révolution française ; un arbre de la Liberté dont il ne reste que quelques exemplaires dans le Lot (Sérignac, Tauriac et Lamagdelaine).

Considérant leur grand âge, je me suis donc dépêché d’aller à la rencontre du plus proche de mon domicile et après avoir traversé la rivière, j’ai découvert, au hameau du Chantre, commune de Lamagdelaine, un magnifique arbre, tout de vert vêtu. Un panneau indique très clairement 1789, tandis que le témoignage d’un “ancien” du village a complété en décrivant la situation sanitaire de ce vénérable.  Ce beau feuillage cache son véritable état à savoir que son tronc, ceinturé pour éviter l’éclatement, est creux et qu’une bâche en son sommet tente de limiter les apports d’eau. En vous donnant le lien vers l’article de La Dépêche du midi (2011), je serais incomplet dans mon propos si j’omettais de faire référence au site internet Krapoarboricole où des passionnés nous font partager les fruits de leurs découvertes sur ces végétaux dont nous apprenons un peu plus chaque jour la richesse et les bienfaits qu’ils veulent nous communiquer lorsque nous nous en approchons…. chut, ils nous parlent !

Un dernier mot : n’oubliez pas la 23e éditions des Journées du Patrimoine de Pays et des Moulins dont le thème cette année est : l’arbre

 

Révolution de 1848 et abolition de l’esclavage : le discours de Gaston Monnerville plus que jamais d’actualité

Ce discours prononcé à la Sorbonne, le 27 avril 1948, pour la Commémoration du Centenaire a notamment été repris lors de la cérémonie commémorant la journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions s’est tenue ce 10 mai 2021 à l’Hôtel de la Prefecture à Cahors. Ce discours a été lu par des élèves du lycée Monnerville.

“Il y a cent ans !
Pour un homme de ma race, comment prononcer ces mots sans une intense émotion.
Dans l’esprit de la plupart des Français, ce n’est qu’une de ces nombreuses dates qui jalonnent l’Histoire de notre Pays et qui rappellent le souvenir d’une Révolution.
Courte période sans doute, et combien méconnue ! Mais, à la vérité, l’une des plus pleines de l’Histoire de la République.
Chaque fois que dans ce pays de France, pays de mesure, de transition, les circonstances ne furent pas à l’unisson des idée le cours de la vie fut interrompu par une de ces explosions qui surprennent ceux-là seuls qui n’ont pas voulu ouvrir les yeux à la réalité.
L’explosion de 1848 secoua le monde entier.
Jamais, à aucun moment de son Histoire, la France n’assista à pareille profusion d’idées. Jamais, la France n’avait attiré à ce point l’attention des peuples.
Février. Avec le peuple de France, l’humanité espère. Quelques mois passent, et voici que ce peuple, déçu de voir que l’ordre auquel il a cru et qu’il a voulu établir ne se réalisait pas, tourne le dos à ses conquêtes.
Immense échec, a-t-on pu dire.
Mais est-il exact de prétendre que l’Histoire de l’humanité comporte de réels échecs ?
Est-il exact d’affirmer qu’une Révolution, manifestation de l’âme d’un peuple a échoué ?…”
On peut lire la suite sur la page de la Société des Amis de Gaston Monnerville fondée par le sénateur Roger Lise.

Rappelons que Gaston Monnerville a été le premier président du Conseil départemental du Lot (autrefois Conseil Général) de 1951 à 1970. Son successeur sera Maurice Faure. Celui-ci lui rendit hommage lors de la 5e édition du Colloque international francophone du Canton de Payrac qui s’est tenu à Payrac en 1995. Organisé par le professeur Edmond Jouve, ce rendez-vous réunira les meilleurs connaisseurs du parcours politique de Gaston Monnerville. Les actes de ce colloque ont été publiés l’année suivante. Pour les commander, CLIQUEZ CE LIEN

Photo souvenir, prise devant l’église de Payrac. Que de souvenirs !

On peut retrouver le portrait de Gaston Monnerville dans notre galerie des personnages célèbres du Lot en cliquant CE LIEN

Parcours politique de Gaston Monnerville (Wikipedia)

Le patrimoine de Puy l’Evêque sur la toile

 

Déjà réputée pour la qualité de son patrimoine, dont celui plus confidentiel de la partie ancienne de la ville, Puy-l’Evêque par cette nouvelle vitrine créée à l’initiative de l’association “Puy l’Evêque, d’hier à aujourd’hui”, se donne de nouveaux moyens pour la protection et la mise en valeur de ses richesses du passé.

 

 

“Celui qui ne sait pas d’où il vient ne peut savoir où il va car il ne sait pas où il est. En ce sens, le passé est la rampe de lancement vers l’avenir”.

Un site à découvrir en cliquant CE LIEN

La grotte du Pech Merle ouvre ses portes le 19 mai !

panneau des Chevaux ponctués, peinture réalisée il y a 29 000 ans, Grotte du Pech Merle (Cabrerets, Lot)

Une ouverture qui reste limitée pour le moment
La grotte du Pech Merle n’a plus accueilli de visiteurs depuis le 28 octobre dernier, date du second confinement national. C’est donc tout naturellement que toute l’équipe du Centre de Préhistoire du Pech Merle est très heureuse et impatiente de retrouver un peu d’activité à partir du mercredi 19 mai et d’accueillir les premiers visiteurs de l’année.
« C’est un soulagement pour nous tous, indique Guilhem Cledel le Directeur du site. Nous avons passé une partie de l’hiver à remettre en état le site, le nettoyer et réaliser des travaux de maintenance qui n’avaient pas été faits depuis des années. La grotte, le musée et les extérieurs sont maintenant prêts à recevoir nos visiteurs. »
Naturellement la réouverture du site se fera dans le respect des consignes sanitaires qui sont maintenant bien connues : port du masque obligatoire, nettoyage systématique des mains, sens de circulation unique pour éviter les croisements et accueil du public dans une jauge limitée. « Nous savons que nous ne pourrons pas accueillir autant de visiteurs que d’habitude, précise le Directeur du site. Plus que jamais il est nécessaire de prendre une réservation en ligne avant de venir visiter. Le système fonctionne très bien et permet de limiter le nombre de personnes par visite. » Sans présager du déroulement de la saison, le site du Pech Merle espère pouvoir ouvrir davantage cet automne, après les vacances de la Toussaint, pour tenter de rattraper la baisse de visiteurs de ce printemps.

Une nouveauté cette année sur les conditions de visite
« Cette saison sera marquée par la mise en place d’un nouvel équipement pour l’accueil des visiteurs, annonce Guilhem Cledel. Chaque visiteur sera équipé d’un audiophone qui lui permettra d’entendre parfaitement les commentaires du guide. A ne pas confondre avec les audioguides, l’audiophone permet de transmettre la voix du guide jusqu’aux visiteurs par une oreillette. C’est unique en France : Pech Merle est la première grotte à systématiser la visite avec ce système et nous sommes persuadés que ça apportera une vraie amélioration de la qualité de visite. »

Ouverture tous les jours à partir du mercredi 19 mai, de 9h30 à 12h et de 13h30 à 17h.
Réservation nécessaire sur pechmerle.com.

panneau des Chevaux ponctués, peinture réalisée il y a 29 000 ans, Grotte du Pech Merle (Cabrerets, Lot)

Contact presse : Bertrand Defois, Directeur du développement culturel et touristique
Bertrand.defois@pechmerle.com Tel : direct 05 65 31 05 27 / 06 86 27 79 25

 

La grotte du Pech Merle est partenaire de Quercy net

Les collections des musées d’Occitanie se dévoilent sur internet

Occitanie Musées est l’Association des Conservateurs et Personnels Scientifiques des Musées d’Occitanie. Elle regroupe les personnels scientifiques des Musées de France et des établissements à but culturel et patrimonial de la région Occitanie. Elle fédère plus d’une centaine de professionnels dans tous les domaines d’activités des musées (direction, conservation, médiation, documentation, régie…). L’Association est une section régionale de l’AGCCPF, Association nationale des conservateurs et des professionnels des musées et des patrimoines publics de France.

Le Lot est concerné par 12 musées dont celui de Cahors Musée de Cahors Henri-Martin

+ d’infos en cliquant CE LIEN

Histoire du vignoble de Cahors ou l’histoire du Malbec

villa Malbec Cahors (photo Medialot)

Le Projet (pluriannuel et financé par l’UIVC) est piloté par Pascal Griset (Professeur d’histoire contemporaine, Sorbonne Université) et Léonard Laborie (historien, chargé de recherche au CNRS, UMR Sirice, Paris).

Il est né d’une rencontre fin 2013 à l’occasion d’une conférence internationale sur l’histoire de l’Europe à la Sorbonne entre l’UIVC, qui préparait les Cahors Malbec Days 2014 et voyait l’histoire du malbec se raconter depuis l’autre côté de l’Atlantique, en Amérique latine, et Léonard Laborie, historien (CNRS), qui s’interrogeait sur la circulation historique transnationale des cépages.

Il a pour double objectif d’écrire ou de réécrire parfois l’histoire du vignoble de Cahors de façon factuelle afin que les vignerons de Cahors puisse se l’approprier, mais également de rendre ce contenu accessible au grand public.
Ces recherches ont d’ores et déjà amené les historiens à contribuer de différentes manières à la diffusion de ce contenu historique depuis le début du lancement du projet :

Recueil du témoignage d’une trentaine de témoins. Enregistrés, ils seront mis à disposition de tous aux Archives départementales ;
Rédaction de plusieurs articles sur l’histoire contemporaine de Cahors, du phylloxéra à nos jours
Direction d’un numéro de la revue chilienne RIVAR consacrée au malbec
Co-édition d’un ouvrage collectif avec la Société des Etudes du Lot (Recueil)

Soutien à un mémoire de master et un doctorat en histoire moderne
Multiples conférences académiques et grand public à Cahors, Paris, Bordeaux, Toulouse, Dijon, Amboise
Participation au dossier présenté par l’UIVC à l’INAO pour les mentions complémentaires
Préparation d’une synthèse sous forme de fiches : 10 thèmes, chacun exploré à travers 6 à 10 fiches.

Le projet confié par l’UIVC à Pascal Griset et Léonard Laborie est original : il donne des moyens, du temps, et de la liberté pour traiter sans complaisance la trajectoire du vignoble depuis la crise du phylloxéra, réinscrite dans sa longue histoire.

Ce projet de recherches historique est un véritable atout pour Cahors car peu de vignobles ont eu l’opportunité de mener cette démarche et peuvent s’appuyer sur un contenu historique aussi riche. Cela permet de situer le vignoble de Cahors dans l’histoire de la vigne et du vin en France et dans le monde (avec des liens spécifiques avec l’Argentine ou la Russie).

Publication d’un ouvrage historique (disponible à la librairie Calligramme à Cahors)

Vins de Cahors et du Quercy : Un recueil sur l’histoire des hommes, des lieux et des produits

C’est le premier ouvrage universitaire sur ce thème. Assez illustré, organisé en quatre parties, il mêle une sélection de textes déjà parus mais difficiles à trouver, et des textes inédits (par exemple sur l’évêque Didier de Cahors). –
présentation dans la bibliothèque virtuelle de Quercy net – 

Partie 1 – Essor médiévaux et modernes
Partie 2 – Depuis le Phylloxera : quelle renaissance
Partie 3 – Le monde du Cahors, de la Russie à l’Argentine
Partie 4 – Ecrire l’histoire d’un vignoble, hier, aujourd’hui et demain

Ce recueil est la rencontre de deux initiatives, qui témoignent d’une effervescence depuis 5 ans autour de l’histoire de ce vignoble :  SEL et projet “Histoire du vignoble de Cahors et du cépage malbec” dirigé par Pascal Griset et Léonard Laborie, financé par l’UIVC depuis 2014. 

La soutenance début 2020 de la thèse d’histoire de Sophie Brenac “Le vignoble de Cahors de 1650 à 1850” à l’université Bordeaux Montaigne est une autre manifestation de cette effervescence. Sophie Brénac livre, dans le recueil auquel elle a contribué et dans sa thèse dont elle prépare l’édition, une information scientifique de première importance sur l’essor remarquable du vignoble à l’époque moderne.

Projet à venir : La valorisation de ce travail au-delà de ces exemples concrets de production et de diffusion du contenu de ces recherches historiques amènera l’UIVC à organiser un cycle de conférence à Paris à l’université de la Sorbonne (en février 2022) pour les professionnels et les vignerons et à Cahors (en juin 2022) pour les vignerons et le public lotois.

L’édition d’un nouvel ouvrage en 2022 sous forme de fiches thématiques est également en projet.

 

La SEL Société des Etudes du Lot  et la librairie Calligramme sont partenaires de Quercy net

Page 4 of 21

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén